Une touche d’optimisme pour 2012 dans l’automobile

A l’heure où les marques françaises sont pessimistes pour l’année 2012, certains de leurs concurrents tablent sur des hausses de ventes pour les prochains mois. Petit état de lieux des prévisions.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une touche d’optimisme pour 2012 dans l’automobile

En ce début d’année, c’est la course aux déclarations d’intention pour 2012. Ce 2 janvier, c’est le numéro cinq mondial, Hyundai Motor, qui dégaine avec des prévisions de progression de ses ventes pour les mois à venir. Il annonce qu’il s’est fixé pour objectif la commercialisation de sept millions de véhicules dans le monde. En 2011, le groupe sud coréen et sa filiale Kia ont vendu 6,6 millions d’unités. Ils sont de plus en plus présents sur des marchés automobiles importants, tels que les Etats-Unis et la Russie, et sur les marchés émergents, comme la Chine et le Brésil.

Quelques heures avant cette annonce, le responsable marketing de Porsche, Bernhard Maier, assurait dans un entretien à Automotive News que le groupe tablait sur une augmentation de ses ventes de plus de 6,5% en 2012. "L'année 2012 verra -si on se base sur un scénario économique stable - une augmentation de 6,5% du nombre de véhicules individuels vendus, à 66 millions d'unités selon (l'institut) Polk. Chez Porsche, nous voulons, selon notre tradition ancienne, nous développer encore mieux que le marché", assure-t-il. Il reconnaît malgré tout que de profondes incertitudes planent encore sur le marché, notamment concernant la vitesse à laquelle la crise internationale de la dette sera résolue. Le constructeur de voitures de luxe a enregistré sa meilleure année en 2011, avec un bond de 20% de ses ventes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le japonais Toyota prévoit depuis décembre de produire 8,65 millions de voitures dans le monde, soit une hausse de 24% et d’en vendre 8,48 millions (+20%). Une démarche qui pourrait lui permettre d’atteindre près de 9 millions d’unités en 2013.

Les Allemands aussi

A en croire les bons chiffres de 2011, 2012 devrait être aussi l’année Mercedes-Benz et BMW. Les deux constructeurs allemands spécialisés dans le haut de gamme sont en concurrence pour décrocher la première place du podium aux Etats-Unis devant Lexus, la marque du constructeur japonais Toyota. Au total, BMW a vendu 221 073 unités entre janvier et novembre contre 219 491 véhicules pour son concurrent allemand. Mais Mercedes a parallèlement annoncé aussi qu’il devrait produire près d’un million de voitures en Allemagne. Soit un record pour lui. Audi, la marque haut de gamme de Volkswagen, tablait dès décembre sur une croissance de ses ventes pour 2012. Son président du directoire Rupert Stadler estimait que la marque pourrait atteindre l’objectif de 1,5 million d’unités par an d’ici à 2015.

Les "Big Three" américains pourraient bien sabrer le champagne aussi en 2012. Selon le site Edmunds.com, le marché américain pourrait atteindre entre 13 et 14 millions de véhicules. Soit une hausse notable par rapport aux 12,7 à 12,8 millions d’unités en 2011. Et GM, Chrysler et Ford devraient profiter de cette tendance. Sur les onze premiers mois de l’année en 2011, ils ont décroché une part de marché de 47,2% à eux trois. Chrysler est le constructeur qui a le plus progressé, avec un bond de 25%. Le groupe devrait enregistrer un profit opérationnel de deux milliards de dollars pour 2011.

Un 2012 pire que 2011 ?

Mais pour certains autres constructeurs, l’année pourrait être plus délicate. A l’instar de Fiat. Le constructeur italien, qui vient de quitter la Confindustria, a revu à la baisse son objectif de ventes mondiales pour 2012 à 2,2 millions d’unités. Sur le marché français, l’embellie ne devrait pas être au rendez-vous. Les analystes tablent sur une baisse du marché comprise entre 8 et 10% du marché, avec environ deux millions de voitures vendues.

Et ce, malgré des chiffres de 2011 moins catastrophiques qu’anticipé. Dès décembre, le numéro deux de Renault, Carlos Tavares, estimait dans un entretien au Parisien qu’il allait falloir affronter une tempête cette année et que le groupe pourrait être amené à prendre des mesures d’économies. Une conséquence des mauvaises conditions du marché. Chez PSA, pour affronter 2012, le groupe a mis en place un plan d’économies de 800 millions d’euros avec plusieurs milliers de suppression de postes en Europe.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS