Une taxe sur les billets d'avions pour financer la ligne CDG Express ?

Le financement de la ligne ferroviaire Charles de Gaulle Express reliant l'aéroport de Roissy au centre de Paris doit être décidé "dans les prochaines semaines", et pourrait inclure une taxe sur les billets d'avions, a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère des Transports, confirmant les propos tenus par le ministre Frédéric Cuvillier.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une taxe sur les billets d'avions pour financer la ligne CDG Express ?

Plusieurs fois repoussée, la mise en place d'une liaison ferroviaire "CDG Express" reliant l'aéroport de Roissy au centre de Paris semble plus que jamais sur les rails. Le projet doit être décidé "dans les prochaines semaines" et pourrait inclure une taxe sur les billets d'avions, a indiqué ce lundi 19 août le ministère des Transports.

La taxe rapporterait 400 millions d'euros

"Dans les projets, il y a l'idée d'une taxe sur les billets d'avion", une fois la liaison en service, a expliqué à l'AFP une porte-parole du ministère, confirmant les propos tenus par Frédéric Cuvillier au Figaro. Dans un entretien accordé au quotidien, le ministre des Transports estime en effet qu'"une telle fiscalité n'est pas hors de propos".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le Figaro évalue le poids de cette nouvelle taxe autour des 400 millions d'euros. Ce prélèvement devra contribuer à financer la facture totale du projet : 1,7 milliard d'euros seraient nécessaires pour construire cette nouvelle ligne rapide.

Ce projet de taxe doit être complété par la contribution de quatre entreprises publiques - ADP, Réseau Ferré de France (RFF), SNCF et RATP - pour boucler le montage financier, sans subvention publique. A côté du nouveau projet, l'idée d'un partenariat public-privé (une solution qui avait conduit à l'échec de la première mouture du CDG Express) est toujours en lice.

Mise en service attendue "dans une dizaine d'années"

Déclaré d'utilité publique en décembre 2008, le projet d'une liaison ferroviaire directe de 32 kilomètres entre la capitale et l'aéroport international Paris-Charles de Gaulle avait été attribué en concession à Vinci, avec une entrée en service prévue en 2014. Mais le groupe de BTP avait finalement jeté l'éponge.

ADP, gestionnaire de Roissy, souligne à intervalles réguliers la nécessité d'une liaison de l'aéroport aujourd'hui desservie par le RER B qui fait l'objet de vives critiques des utilisateurs. Ces derniers pointent du doigt vétusté, problèmes techniques récurrents et insécurité. Le gouvernement table désormais sur une mise en service du CDG Express "dans une dizaine d'années maximum", a précisé le ministère. D'après Le Figaro, le prix d'un billet pour emprunter cette nouvelle ligne tournerait autour de 24 euros l'unité.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS