Une source "quasi-infinie" de terres rares découverte dans les eaux du Japon

Des gisements représentant 16 millions de tonnes de terres rares. C'est la découverte d'une équipe de chercheurs japonais révélée le 10 avril. Ces ressources pourraient couvrir les besoins mondiaux de certains matériaux pendant plusieurs siècles. Et selon les scientifiques, elles seraient exploitables dans un futur proche.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une source
Une équipe de chercheurs japonais a révélé la découverte d’une source énorme de terres rares près de l’île de Minamitorishima.

Une équipe de chercheurs japonais a révélé le 10 avril la découverte d’une source énorme de terres rares. Situés dans les fonds marins sur une zone de 2500 km², ces gisements sont situés près de l’île de Minamitorishima dans l’archipel d'Ogasawara (à environ 2000 kilomètres au sud-est de Tokyo), dans la mer des Philippines. Selon les scientifiques, ces ressources pourraient couvrir les besoins mondiaux de certains matériaux pendant plusieurs siècles.

La toute première découverte de ces gisements remonte à 2013. Les scientifiques avaient alors estimé que les terres rares présentes sur place représentaient 6,8 millions de tonnes. Dorénavant, dans un article publié dans la revue scientifique Nature, une équipe de vingt chercheurs estime qu’il y aurait 16 millions de tonnes de minéraux précieux.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des éléments précieux pour les nouvelles technologies

Dysprosium, europium, terbium, yttrium… Les éléments contenus dans ces sols sont précieux puisqu’ils alimentent de nombreuses technologies : véhicules hybrides, batteries électriques, éoliennes, écrans, technologies médicales et militaires…

Selon l’étude, les ressources pourraient couvrir les besoins mondiaux en Yttrium pour 780 ans ; pour l’Europium, 620 ans ; pour le Terbium, 420 ans ; et pour le Dysprosium, 730 ans. Soit une ressource “quasi-infinie” selon eux.

Des techniques d’extraction applicables à une échelle industrielle

Les chercheurs japonais sont parvenus à ces résultats en analysant des échantillons de boues prélevés à 5000 mètres de profondeur. A partir de ces extraits, ils ont déduit la quantité globale de terres rares dans l’ensemble de la zone. La composition des boues a été étudiée grâce à un “séparateur hydrocyclone”, un appareil permettant de séparer des composants lourds ou légers d’une substance liquide grâce à la force centrifuge. Selon eux, cette technique pourrait être utilisée pour exploiter les gisements à une échelle industrielle.

Une très grande majorité des terres rares provient actuellement de la Chine. Pour le Japon, cette découverte est majeure dans la mesure où son industrie technologique repose beaucoup sur ces matériaux, qu'il est contraint d'importer. Selon les auteurs de cette étude, ces gisements pourraient être exploités dans un futur proche.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS