Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Une source "quasi-infinie" de terres rares découverte dans les eaux du Japon

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Des gisements représentant 16 millions de tonnes de terres rares. C'est la découverte d'une équipe de chercheurs japonais révélée le 10 avril. Ces ressources pourraient couvrir les besoins mondiaux de certains matériaux pendant plusieurs siècles. Et selon les scientifiques, elles seraient exploitables dans un futur proche.

Une source quasi-infinie de terres rares découverte dans les eaux du Japon
Une équipe de chercheurs japonais a révélé la découverte d’une source énorme de terres rares près de l’île de Minamitorishima.
© CMSGT Don Sutherland

Une équipe de chercheurs japonais a révélé le 10 avril la découverte d’une source énorme de terres rares. Situés dans les fonds marins sur une zone de 2500 km², ces gisements sont situés près de l’île de Minamitorishima dans l’archipel d'Ogasawara (à environ 2000 kilomètres au sud-est de Tokyo), dans la mer des Philippines. Selon les scientifiques, ces ressources pourraient couvrir les besoins mondiaux de certains matériaux pendant plusieurs siècles.

La toute première découverte de ces gisements remonte à 2013. Les scientifiques avaient alors estimé que les terres rares présentes sur place représentaient 6,8 millions de tonnes. Dorénavant, dans un article publié dans la revue scientifique Nature, une équipe de vingt chercheurs estime qu’il y aurait 16 millions de tonnes de minéraux précieux.

Des éléments précieux pour les nouvelles technologies

Dysprosium, europium, terbium, yttrium… Les éléments contenus dans ces sols sont précieux puisqu’ils alimentent de nombreuses technologies : véhicules hybrides, batteries électriques, éoliennes, écrans, technologies médicales et militaires…

Selon l’étude, les ressources pourraient couvrir les besoins mondiaux en Yttrium pour 780 ans ; pour l’Europium, 620 ans ; pour le Terbium, 420 ans ; et pour le Dysprosium, 730 ans. Soit une ressource “quasi-infinie” selon eux.

Des techniques d’extraction applicables à une échelle industrielle

Les chercheurs japonais sont parvenus à ces résultats en analysant des échantillons de boues prélevés à 5000 mètres de profondeur. A partir de ces extraits, ils ont déduit la quantité globale de terres rares dans l’ensemble de la zone. La composition des boues a été étudiée grâce à un “séparateur hydrocyclone”, un appareil permettant de séparer des composants lourds ou légers d’une substance liquide grâce à la force centrifuge. Selon eux, cette technique pourrait être utilisée pour exploiter les gisements à une échelle industrielle.

Une très grande majorité des terres rares provient actuellement de la Chine. Pour le Japon, cette découverte est majeure dans la mesure où son industrie technologique repose beaucoup sur ces matériaux, qu'il est contraint d'importer. Selon les auteurs de cette étude, ces gisements pourraient être exploités dans un futur proche.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle