Une soixantaine de salariés licenciés à l’usine grassoise de Kerry

Le Plan de sauvegarde de l'emploi prévoyait 77 suppressions de postes dans cette entreprise de produits aromatiques situé à Grasse (Alpes-Maritimes). Onze emplois seront sauvés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une soixantaine de salariés licenciés à l’usine grassoise de Kerry
Atelier de préparation des arômes

C’est confirmé, 60 des 176 salariés de l’unité de production de produits aromatiques du groupe irlandais Kerry à Grasse (Alpes-Maritimes) vont perdre leur emploi. Annoncé en septembre 2012, le plan de réduction d’effectifs avait été suivi par deux grèves et de longues discussions entre les syndicats et la direction. A l’origine le plan prévoyait la suppression de 77 postes, soit quasiment la moitié de l’effectif. Aujourd’hui il porte sur 60 licenciements et onze emplois ont pu être sauvegardés.

Pour rappel le groupe irlandais Kerry avait repris ce site de production de 10 000 mètres carré en décembre 2011 après avoir racheté la division arômes de l’américain Cargill pour 210 millions de dollars. Ce dernier avait lui-même acquis le site en 2006 à l’allemand Degussa. En 2010, Cargill avait investi 3 millions d'euros dans la modernisation du process de production.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour justifier le plan de licenciement Kerry met en avant la mauvaise rentabilité du site. En réalité le groupe irlandais Kerry souhaite une rationalisation de l’activité en supprimant certains services tels le contrôle qualité, la recherche et développement, la partie commerciale et administrative, pour ne garder que la production.

Les syndicats restent vigilants. La suppression des services et de la R&D pourrait laisser planer à terme la fermeture du site de production. Kerry a ainsi fermé une unité américaine suite à la reprise de la division aromatique de Cargill.

Le secteur aromatique grassois est victime de la stratégie des grands groupes internationaux. En revanche, les entreprises qui ont conservé un actionnariat local continuent à investir à Grasse comme en témoigne les investissements en cours chez Robertet, Mane, Expressions Aromatiques ou Expressions Parfumées.


Michel Bovas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS