Une semaine d'automobile entre préparatifs et morosité

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une semaine d'automobile entre préparatifs et morosité

Francfort J-6

Plus qu’une petite semaine avant l’ouverture des portes du salon automobile de Francfort. Et l’attente est au rendez-vous. Les organisateurs sont optimistes et prédisent déjà plus de 89 premières mondiales, avec des voitures originales et des concepts innovants. Parmi les derniers bijoux dévoilés partiellement par les constructeurs, on sait par exemple que Volkswagen va débarquer avec un monoplace électrique, au joli nom de code Nils. Un concurrent certain pour le concept-car de Ford, Evos, dont Automotive News présente les premières images sous forme de diaporama. Mais le modèle de l’américain a un coup d’avance : c’est l’un des premiers véhicules conçus avec des fonctionnalités issues du cloud ou de la connexion à Internet. Plus traditionnel mais tout aussi attendu, la troisième génération de la Fiat Panda fera son entrée au salon de Francfort. L’autre marque italienne, Lancia, propose quant à elle un petit cabriolet, Flavia.

Mais sans conteste ce qui dominera le salon de Francfort ce sera le véhicule propre. Attendu pour la fin de l’année en France et en Europe, l’ère est à l’électrique. La Commission européenne a d’ailleurs cette semaine fait savoir son intention d’encourager grandement l’innovation dans le domaine automobile. A commencer par la filière véhicules propres. De quoi motiver les industriels à signer des accords entre eux, à l’instar de Volvo avec Siemens. Dans les villes aussi les partenariats se développent, comme récemment à Nice et Monaco. Le véhicule électrique, c’est encore lui qui était à l’honneur lors de l’université du Medef, notamment avec Schneider Electric ou encore cette petite PMI, Courb.

Reste qu’il ne faut peut être pas trop compter sur cette filière tout de suite. Selon un dernier rapport d’Ernst&Young, la voiture électrique devrait sortir de sa niche à l’horizon 2022.

Moral en berne chez les Français

Mauvaise nouvelle pour les constructeurs français cette semaine. Ils perdent du terrain dans les ventes automobiles en France. Renault, Peugeot et Citroën réunis se partagent désormais moins de 50% du marché français. De quoi donner le sourire aux constructeurs étrangers, mais beaucoup moins aux marques nationales. Ils sont notamment victimes de la fin de la prime à la casse, et de leur fort accent mis sur la gamme économique inférieure. Chez Renault, même sa marque roumaine Dacia ne tire pas le groupe hors de l’eau. Elle est pour sa part victime de la suppression du bonus de 2 000 euros sur les voitures fonctionnant au GPL. Chez PSA, ce sont certains salariés qui payent les pots cassés, à travers des jours de chômage partiel, comme sur les sites de Rennes et de Poissy.

Pour pallier tous ces problèmes, les constructeurs français mettent l’accent sur d’autres projets. Chez PSA par exemple, on tente de se renforcer à l’étranger. Et notamment en Inde. Le groupe aurait enfin choisi le lieu d’installation de son futur site.
Chez Renault, on revient dans le passé, et on utilise les vieilles recettes du passé. Le groupe a en effet annoncé cette semaine qu’il allait relancer l’Alpine. Ce n’est pas le premier à jouer les cartes du passé, de nombreux constructeurs l’ont déjà fait. Reste que selon Bernard Jullien, expert au Gerpisa, interrogé par L’Usine Nouvelle, ce retour ne sortira pas Renault de sa crise.

En bref

Aux Etats-Unis, le marché se porte mieux qu’en France, avec des bonds importants de ventes notamment pour les Big Three. General Motors en profite d’ailleurs pour relancer une vaste campagne de publicité. Et de faire découvrir à L’Usine Nouvelle les coulisses de son usine Chevrolet dans l’Ohio. Malgré tout, les concessionnaires américains restent inquiets suite aux dégâts subis avec la tempête Irène.

Sans être comparable à ceux de Toyota en 2010, Honda et BMW ont dû rappeler des véhicules cette semaine. Rien ne va plus pour

Rien ne va plus pour Saab. Ses pertes sont décuplées. Il cherche un nouveau partenaire, par exemple une banque européenne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS