Quotidien des Usines

Une scierie avec cogénération de biomasse verra le jour en 2015 à Nice

Michel Bovas (Alpes-Maritimes) , , ,

Publié le

Les scieries Coulomp et Fils et Jauffret investissent 14 millions d'euros dans une unité de transformation du bois en charpente et pellets pour chauffage. Située dans l'Eco-Vallée à Nice (Alpes-Maritimes), elle sera quasi autonome en énergie.

Une scierie avec cogénération de biomasse verra le jour en 2015 à Nice © D.R.

Les scieries Coulomp et Fils à Biot (18 salariés, 3 millions d'euros de chiffre d’affaires) et Jauffret à Drap près de Nice (10 salariés, 2 millions d'euros de chiffre d’affaires), toutes deux dans les Alpes-Maritimes, s’unissent autour d’un projet innovant de scierie écologique.

Un terrain de plus de 5 hectares, situé dans le périmètre de l’opération d’intérêt national (OIN) Eco-Vallée à Nice, a été cédé par le département selon un bail emphytéotique de 50 ans. L’investissement, d'un montant de 14 millions d'euros, bénéficie d'une aide de 25 % de l’Etat, de la Région Provence-Alpes-Côte-D'azur, du département, de l’Ademe et de l’Europe via les fonds Feder.

EDF Optimal Solutions, filiale ingénierie du groupe énergétique, a fourni une assistance pour y développer un système de cogénération biomasse avec production d’électricité par récupération de la vapeur utilisée ensuite une seconde fois dans un séchoir pour le traitement thermique du bois d’œuvre. 

Bois traité et pellets

La scierie, selon un projet de l’architecte Alain Berp (Vence), occupera un bâtiment de 7 000 mètres carrés et toit photovoltaïque. Un hall de séchage de bois est alimenté par la combustion des résidus (sciures, écorces…) provenant  du traitement de 40 000 à 50 000 mètres cubes de bois par an, soit le double de l’activité des deux scieries actuelles. Cette valorisation des déchets (21 000 tonnes) lui fera économiser 6 000 tonnes de fuel par an.

L’unité de cogénération se développera sur 1250 mètres carrés. Le bois traité est destiné à la charpente pour la construction de maison ou immeuble, à l’habillage intérieur ou de façade et à la terrasse (25 000 mètres cubes de produits finis). Les pellets (11 300 tonnes par an) selon la norme PEFC et certifiés Dinplus seront destinés à alimenter les chaudières, un produit jusqu’ici importé d’Italie.

L’unité disposera d’un centre d’usinage de dernière génération (d'un coût de 400 000 euros) acquis en 2013 et d’un anneau détection pour éliminer du bois les incrustations métalliques issues des batailles dans les forêts lors de la deuxième guerre mondiale.

La Métropole Nice Côte d’Azur envisage de lui confier l’incinération des déchets verts. La chaleur excédentaire pourra alimenter des entreprises de la zone industrielle voisine de Carros (qui s'étend sur 250 hectares) leur faisant  réduire leur facture énergétique. Cette scierie à énergie positive emploiera une trentaine de salariés, auxquels s’ajoutent les emplois induits dans les forêts du haut pays niçois qui trouvent un outil de valorisation sur place.

Le chantier débutera dans quelques semaines pour une mise en service en 2015.

Michel Bovas

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte