Une nouvelle unité d'électrolyse pour Kem One à Lavera

Implantée sur le site pétrochimique de Lavera (Bouches-du-Rhône), l'installation de Kem One sera inaugurée le 29 juin. L'investissement s'élève à 150 millions d'euros.

Partager

Une nouvelle unité d'électrolyse pour Kem One à Lavera

Un temps menacé de disparition, Kem One a redressé la tête et ses comptes pour tenter désormais de se hisser "parmi les meilleurs", selon son président et actionnaire depuis 2014, Alain de Krassny. Le groupe chimique, deuxième producteur européen de PVC (polychlorure de vinyle), inaugurera le 29 juin une nouvelle unité d'électrolyse sur son usine chlorochimique de la plate-forme pétrochimique de Lavera, près de Martigues (Bouches-du-Rhône).

Reposant sur une technologie d'électrolyse membrane, moins consommatrice d'énergie et moins polluante, l'équipement représente un investissement de 150 millions d'euros sur un programme plus global de modernisation de 250 millions d'euros engagé en 2014 sur ce site pour remplacer des installations obsolètes, le fiabiliser et réduire son impact environnemental.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce chantier de conversion des électrolyses avait débuté en septembre 2015. L'unité de Lavera produit du chlore, de la soude, de l'hydrogène et de l'eau de javel. Le chlore sert à la fabrication sur place de chlorométhanes, de chlorure ferrique et de chlorure de vinyle monomère (CVM) polymérisé ensuite sur d'autres sites du groupe pour produire du PVC.

Une modernisation à conforter

Kem One possède près de l'étang de Berre deux autres usines, à Fos-sur-Mer et Berre-l'Etang, et deux autres dans le sud de la France, à Vauvert (Gard), spécialisée dans le chlorure de sodium, et Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence) qui produit du PVC émulsion à partir de l'acheminement du chlorure de vinyle monomère issu de Lavera. D'autres investissements sont envisagés à l'avenir pour poursuivre l'accroissement des performances des différentes installations, en fonction du marché et de l'amélioration des résultats économiques de l'entreprise.

Il est ainsi envisagé de remplacer la moitié des électrolyses de l'usine de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) pour la doter d'un procédé plus économe en énergie. Kem One emploie 1 350 personnes dont 1 250 en France où elle exploite deux autres sites, à Balan, dans l'Ain (PVC suspension) et Saint-Fons (PVC, PVC surchloré, eau de javel), au sud de Lyon.

Jean-Christophe Barla

JEAN-CHRISTOPHE BARLA

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS