Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Une micropompe sur une puce

Publié le

Un circuit microfluidique et une pompe capillaire effectuent un test biologique en 15 secondes.

Sur une puce de silicium de 5 x 1 cm, les chercheurs du centre IBM de Zurich (Suisse) ont réalisé un dispositif complet de test sanguin, constitué de canaux micrométriques. Portable, il permettrait de réaliser des diagnostics rapides sur place, en cas d'accident cardiovasculaire, par exemple. Un échantillon d'un microlitre de sang suffit : déposé sur la puce, il permet de détecter la présence de protéines liées à une maladie en une quinzaine de secondes.

Sur la puce, le circuit parcouru par l'échantillon commence par un réseau de microstructures, dont le rôle est d'éviter la formation de bulles d'air ou l'engorgement. Le liquide passe ensuite dans des microcanaux où ont été déposés des anticorps comprenant un marqueur fluorescent, qui se fixe sur les molécules à détecter. Enfin, dans la chambre de réaction (20 x 30 microns), les protéines cibles sont capturées par les parois. Un détecteur optique portable détermine leur présence et leur concentration.

L'élément clé de la puce est une pompe capillaire - un ensemble de microcanaux intriqués -, gravée à l'extrémité de la puce et dont le rôle est de pomper régulièrement, par capillarité, l'échantillon de liquide à travers tout le dispositif de test. IBM a développé une bibliothèque de pompes capillaires, correspondant au volume et à la durée de circulation nécessaire à chaque test. Coris Bioconcept, une entreprise belge spécialisée dans les tests rapides, doit participer à la suite du développement.

Sur une puce de silicium de 5 x 1 cm, les chercheurs du centre IBM de Zurich (Suisse) ont réalisé un dispositif complet de test sanguin, constitué de canaux micrométriques. Portable, il permettrait de réaliser des diagnostics rapides sur place, en cas d'accident cardiovasculaire, par exemple. Un échantillon d'un microlitre de sang suffit : déposé sur la puce, il permet de détecter la présence de protéines liées à une maladie en une quinzaine de secondes.

Sur la puce, le circuit parcouru par l'échantillon commence par un réseau de microstructures, dont le rôle est d'éviter la formation de bulles d'air ou l'engorgement. Le liquide passe ensuite dans des microcanaux où ont été déposés des anticorps comprenant un marqueur fluorescent, qui se fixe sur les molécules à détecter. Enfin, dans la chambre de réaction (20 x 30 microns), les protéines cibles sont capturées par les parois. Un détecteur optique portable détermine leur présence et leur concentration.

L'élément clé de la puce est une pompe capillaire - un ensemble de microcanaux intriqués -, gravée à l'extrémité de la puce et dont le rôle est de pomper régulièrement, par capillarité, l'échantillon de liquide à travers tout le dispositif de test. IBM a développé une bibliothèque de pompes capillaires, correspondant au volume et à la durée de circulation nécessaire à chaque test. Coris Bioconcept, une entreprise belge spécialisée dans les tests rapides, doit participer à la suite du développement.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle