Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Une majorité des administrateurs de Nissan hostiles à l'AG des actionnaires voulue par Renault

, , , ,

Publié le , mis à jour le 24/12/2018 À 11H02

Le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, a rapporté qu'une majorité des membres du conseil d'administration du constructeur japonais partageait son refus de convoquer une assemblée générale extraordinaire de ses actionnaires demandée par Renault dans le contexte de l'inculpation de Carlos Ghosn, rapporte le Wall Street Journal.

Une majorité des administrateurs de Nissan hostiles à l'AG des actionnaires voulue par Renault
Le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa (photo), a rapporté qu'une majorité des membres du conseil d'administration du constructeur japonais partageait son refus de convoquer une assemblée générale extraordinaire de ses actionnaires demandée par Renault dans le contexte de l'inculpation de Carlos Ghosn, rapporte dimanche le Wall Street. /Photo prise le 17 décembre 2018/REUTERS/Kim Kyung-Hoon
© Kim Kyung Hoon

Les tensions redoublent entre Renault et Nissan sur fonds d'affaire Ghosn. Selon le Wall Street Journal, le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, ne veut pas de l'AG extraordinaire d'actionnaires réclamée par Renault. D'autres administrateurs du constructeur nippon partageraient cette position. Le numéro 2 de Nissan en a informé Thierry Bolloré, directeur général adjoint de Renault, dans une lettre en date du 17 décembre. Le constructeur français détient 43% du capital de Nissan.

Dans un courrier envoyé trois jours plus tôt, Thierry Bolloré avait "demandé respectueusement que le conseil d'administration envisage la convocation d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires de Nissan aussi rapidement que possible". Hiroto Saikawa avait rejeté cette demande.

Renault veut peser sur le choix du remplaçant de Ghosn

La convocation d'une assemblée générale anticipée des actionnaires de Nissan aurait permis au groupe français d'espérer pouvoir peser sur le choix du remplaçant de Carlos Ghosn à la présidence et sur des nominations à venir au sein du constructeur japonais.

Saikawa et Bolloré se sont vus en face à face cette semaine à Amsterdam en marge de la réunion du conseil d'administration de l'alliance Renault-Nissan.

Carlos Ghosn a été arrêté le 19 novembre pour des accusations de malversations financières et évincé dans la foulée de la présidence de Nissan. Il est toujours PDG de Renault, même si une direction intérimaire a été mise en place, et reste officiellement à la tête de l'alliance automobile franco-japonaise. Il a de nouveau été placé en état d'arrestation vendredi sur la base de nouvelles accusations selon lesquelles il aurait fait passer dans les comptes du constructeur japonais des pertes de 1,85 milliard de yens (14,5 millions d'euros) sur des investissements personnels. Le parquet de Tokyo a prolongé dimanche de dix jours sa détention.

Avec Reuters (Arthur Connan et Henri-Pierre André pour le service français)

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

25/12/2018 - 17h42 -

Coup detat de Nissan et pour ceux qui jalousent le salaire de Ghons Je les entends pas pour les salaires honteux des footeux qui ont comme responsabilités de taper dans une babale
Répondre au commentaire
Nom profil

24/12/2018 - 17h12 -

Quand on compare la situation économique de le France avec les salaires et les agissements de ce personnage, on comprend mieux pourquoi nous en sommes arrivés à ce stade de raz le bol et de révolte !...A quoi servent donc toutes ces lois et que font tous ces hauts fonctionnaires et technocrates justes capables d'accabler les petits, mais incompétents et incapables de contrôler les fraudes des plus grands escrocs 'industriels de la planète ? Sous Louis XIV, cet homme aurait fini ses jours en prison ! Ca aurait au moins le mérite de faire réfléchir ceux des autres qui pourraient être tentés par l'aventure !
Répondre au commentaire
Nom profil

25/12/2018 - 10h36 -

Il faudrait attendre peut être les résultats de cette affaire avant de prendre une telle position. Ne s'agit il pas tout simplement fin coup d'État des "Nissan" pour s'affranchir de Renault en collaboration avec les dirigeants politiques japonais. ? Rappel, en France les gillets jaunes manifesteraient pour une telle période de garde vue de l'un des leurs en criant "le faschisme ne passera pas"!!!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle