Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Une journée nationale de l’ingénieur, pour quoi faire?

,

Publié le

Tribune Le président des Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF), Julien Roitman, expose dans cette tribune les principaux objectifs de la Journée nationale de l'ingénieur, qui se déroule ce 3 avril. Pour lui, "l’état de la France et les défis du XXIe siècle imposent aux ingénieurs de penser et d’agir désormais en communauté professionnelle, de peser sur les choix, les décisions et l’avenir de l’Hexagone".

Une journée nationale de l’ingénieur, pour quoi faire? © DR

Le 3 avril prochain sur tout le territoire national et jusqu’en Nouvelle Calédonie, les ingénieurs français se réuniront autour de leur profession pour la deuxième année consécutive. "Encore une nouvelle célébration !", dira-t-on.

De fait, cette Journée Nationale de l’Ingénieur répond à plusieurs objectifs clairement identifiés :
- souligner aux yeux de tout un chacun l’importance pour la France de la profession d’ingénieur, moteur de l’innovation, de l’industrie et de la compétitivité
- encourager les ingénieurs à s’engager dans la voie de l’innovation et de l’entrepreneuriat
- mettre en lumière les points forts du métier d’ingénieur, en le valorisant aux yeux du grand public et des décideurs afin de susciter des vocations et générer de l‘employabilité
- renforcer chez les ingénieurs le sentiment d’appartenance à un corps professionnel engagé dans la reconstruction économique du pays et les pousser à participer à sa vie publique
- renforcer les associations d’anciens élèves et leur rôle de faciliteur social en les rapprochant de leurs écoles.

peser sur les choix, les décisions et l’avenir de l’Hexagone

Il ne s’agit pas là de corporatisme, mais de la volonté affirmée de maintenir une compétence et un professionnalisme reconnus dans le monde entier, de préserver la qualité de la formation à un moment où d’aucuns tentent de saborder les grandes écoles au nom d’un égalitarisme à courte vue, et de veiller à ce que notre pays dispose du nombre d’ingénieurs souhaitable dans les domaines souhaitables avec les qualifications souhaitables.

L’état de la France et les défis du XXIe siècle imposent en effet aux ingénieurs de penser et d’agir désormais en communauté professionnelle, de peser sur les choix, les décisions et l’avenir de l’Hexagone : il n’existe aujourd’hui guère de débat ou de projet national qui n’aie des composantes scientifiques ou techniques, et il est de l’intérêt général d’apporter à la table des décisions toutes les expertises possibles. L’amateurisme et l’incompétence ne sont plus de mise.

C’est le travail de l’association Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF) que de donner corps à cette ambition et d’y faire adhérer le million d’ingénieurs français, qu’IESF fédère à travers ses 180 associations. C’est aussi la raison d’être de cette deuxième Journée Nationale de l‘Ingénieur.

Sur le thème "Innover, Entreprendre", elle se déroulera en partenariat avec des entreprises et des organismes de dimension nationale, avec la participation locale des Régions françaises, des écoles d’ingénieurs et des associations de diplômés.

3000 participants dans 12 grandes villes en 2013

Le Président de la République lui-même a souhaité accorder son haut patronage à cet évènement, auquel le Ministre du Redressement productif et la Ministre des PME, de l’Innovation et de l’Économie Numérique ont d’ores et déjà confirmé leur participation dans le cadre de la manifestation parisienne à la Cité des Sciences et de l’Industrie.

En 2013 déjà, la Journée Nationale de l’Ingénieur réunissait pour sa première édition près de 3000 participants dans 12 grandes villes de France autour du thème de "l’ingénieur entrepreneur". On en attend plus du double cette année, qui viendront débattre, se confronter ou simplement se rencontrer dans 28 villes pour échanger sur l’innovation et l’entrepreneuriat avec des conférences, des colloques, des tables rondes et ateliers, où interviendront des entrepreneurs, des ingénieurs, des innovateurs et des personnalités de premier plan qui y apporteront leur expérience et leur témoignage.

Mentionnons tout particulièrement l’intervention de Xavier Fontanet, ancien président d’Essilor, qui a accepté de donner en ouverture de la "JNI 2014" une version pour ingénieurs de sa conférence "Devenir stratège en 3 heures" qui sera retransmise en temps réel sur iesf-jni.org.

En conclusion, les ingénieurs de 2014 bougent, ils innovent et ils entreprennent, bien décidés à convaincre leurs concitoyens que la grande aventure du progrès se poursuit.

Julien Roitman, président des Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle