L'Usine Santé

Une information judiciaire ouverte concernant l’essai clinique de Biotrial à Rennes

,

Publié le

Nouveau rebondissement dans l'affaire concernant l'essai clinique de Biotrial à Rennes (Ille-et-Vilaine) et le décès d'un homme qui participait aux tests : une information judiciaire est ouverte pour homicide involontaire.

Une information judiciaire ouverte concernant l’essai clinique de Biotrial à Rennes © DR

Le parquet de Paris vient d'ouvrir une information judiciaire pour homicide involontaire dans le cadre du dossier Biotrial. Dans ce laboratoire d'essais cliniques basé à Rennes (Ille-et-Vilaine), une personne volontaire pour des tests médicaux est décédée en janvier 2016. Cinq autres ont été victimes de problèmes de santé. Biotrial leur avait administré une molécule du laboratoire portugais Bial.
Dans le communiqué publié par le parquet de Paris, il est indiqué que "la victime décédée était porteuse, bien avant sa participation à l'essai, d'une pathologie vasculaire endocrânienne occulte, susceptible d'expliquer l'issue fatale la concernant, à la différence des autres volontaires de la cohorte".

Manquements majeurs de la part de Biotrial

Le parquet de Paris ouvre cette information judiciaire pour déterminer s'il n'y a pas eu de fautes pénales au moment de l'essai thérapeutique ou si le décès et les blessures sont dus à un "aléa scientifique". Il est reproché au laboratoire Biotrial des manquements majeurs, ce que conteste l'entreprise rennaise. Il est évoqué par l'Igas (Inspection générale des affaires sociales), dans son rapport publié en mai 2016, "un retard à l'information de l'autorité judiciaire".

"Dans le cadre de son inspection, note de son côté Biotrial dans un communiqué publié en mai 2016, l’Agence nationale de sécurité du médicament a relevé des écarts qui peuvent nécessiter de renforcer le système de gestion et de suivi des activités mises en œuvre par Biotrial. Pour autant, ceux-ci n’ont aucun lien avec l’accident, ni aucune incidence sur l’état de santé des volontaires participant à l’essai clinique réalisé en janvier dernier." Biotrial considère donc avoir respecté la procédure et avoir averti dans les temps les autorités médicales et sanitaires.

Cette entreprise effectue depuis des années des essais cliniques à son siège social de Rennes. Développé sur une surface de 11 000 mètres carrés, il est équipé de moyens médicaux spécifiques. Biotrial réalise de l'ordre de 80 études par an. L'entreprise, qui emploie 300 personnes, est implantée sur plusieurs sites en France, notamment à Nantes (Loire-Atlantique). Elle est aussi basée à Londres et à New-York.

Stanislas du Guerny

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte