Une hausse de taux "quelques trimestres" après la fin du QE selon Villeroy

PARIS (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) pourrait donner de nouvelles indications sur le calendrier de sa première hausse des taux à l'approche de la fin de son programme de rachats d'actifs, sachant que cette hausse serait une question de trimestres et non d'années après cette échéance, a déclaré lundi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une hausse de taux
La Banque centrale européenne (BCE) pourrait donner de nouvelles indications sur le calendrier de sa première hausse des taux à l'approche de la fin de son programme de rachats d'actifs, sachant que cette hausse serait une question de trimestres et non d'années après cette échéance, a déclaré lundi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. /Photo prise le 26 avril 2018/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Ce membre du conseil des gouverneurs de la BCE a une nouvelle fois déclaré, lors d'une conférence à Paris, que décider d'arrêter le programme dit d'assouplissement quantitatif (QE) soit en septembre soit en décembre ne constituait pas "une question existentielle".

Avec l'arrêt de ce programme, la BCE s'appuiera de plus en plus sur son "pilotage des anticipations (forward guidance) sur les taux d'intérêt", a-t-il expliqué.

Dans la mesure où la politique de communication sur les taux de la banque centrale est explicitement conditionnée à la fin du programme de rachat d'actifs - avec un maintien des taux directeurs à leurs niveaux actuels pour une période prolongée et bien après la fin du programme de rachat d'actifs - cette communication à destination des marchés sera "sans aucun doute" adaptée, a précisé François Villeroy de Galhau.

"En ce qui concerne le premier relèvement des taux, nous pourrions donner des indications supplémentaires sur son calendrier - 'bien après' voulant dire au moins quelques trimestres mais évidemment pas des années - ainsi que sur ses incidences sur les perspectives d'inflation."

Le gouverneur de la Banque de France a également déclaré que l'inflation devrait se redresser dans les prochains mois dans la zone euro, qualifiant de "temporaire" l'accès de faiblesse observé au mois d'avril.

Les swaps d'inflation à cinq ans dans cinq ans, baromètre des anticipations d'évolution à moyen terme des prix dans la zone euro, qui était tombé à 1,67% le mois dernier, a atteint un plus haut de deux mois et demi à 1,7192% après ces déclarations.

(Leigh Thomas, Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS