Une filière made in France pour une fibre de carbone low-cost

[INFORMATION L'USINE NOUVELLE] Sous l'impulsion de la filière automobile, et avec l'aide de l'IRT Jules Verne, plusieurs secteurs industriels planchent sur la mise en place d'une filière de fibre de carbone made in France. Avec un objectif : diviser par trois le coût de revient de ce matériau en plein développement.

Partager

Une filière made in France pour une fibre de carbone low-cost

Ce projet pourrait constituer le 35ème plan industriel d'Arnaud Montebourg. Il coche en tout cas toutes les cases pour séduire le ministre du Redressement productif : made in France, innovant et impactant pour de multiples secteurs.

Ce projet, c'est la création d'une filière de production de fibre de carbone en France, par des acteurs français. Porté par la filière automobile et notamment Faurecia, il s'agirait de proposer une alternative au précurseur existant (le PAN) synthétisé à Lacq par le japonais Toray. Selon nos informations, l'une des pistes serait de substituer cette matière par un précurseur à base de cellulose. "Ce matériau représente 50% du coût de revient global de la fibre. En le remplaçant, nous pensons pouvoir diviser le coût de la fibre par trois", nous confie un des spécialistes qui travaille sur le sujet.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

100 millions d'euros d'investissement

Pour que ce projet voit le jour, il faudra quand même mettre sur la table au moins 100 millions d'euros d'investissement en R&D. Ce budget permettra de qualifier le bon précurseur (la cellulose n'est qu'une des pistes de travail) et de développer une unité pilote de production. "Elle ne verra le jour que dans 3 ou 5 ans... si on avance vite", pondère un autre membre du projet.

A l'heure actuelle, Faurecia, l'Institut de Recherche Technologique Jules Verne, à Nantes, et la plate-forme automobile portent le projet. Ils sont en contact avec d'autres industriels, dans l'aéronautique et l'énergie. Des discussions sont également en cours du côté des chimistes, notamment Arkema, pour prendre en charge le projet industriellement.

Thibaut De Jaegher

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS