Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Une équipe du Tour de France, c’est une PME

Publié le

Sur le bitume se sont affrontées durant ces 21 jours pas moins de 22 PME roulantes. Sociétés anonymes sportives professionnelles, elles disposent d’un conseil d’administration, d’un président, de salariés, sont soumises à l’Urssaf et à la TVA... Alors que le Tour de France 2011 s'est terminé hier dimanche 24 juillet par la victoire de Cadel Evans, visite au cœur des fabriques de vainqueurs.

Une équipe du Tour de France, c’est une PME © FlickR - CC

Hier soir ont pris fin 21 jours d’une routine bien huilée. Si tout a fonctionné comme prévu, dans chaque équipe, pas un ordre n’a été donné durant le Tour : tout est préparé en amont, et chacun savait exactement ce qu’il devait faire. Car les coureurs de chacune 22 compétitrices sont les salariés d’une entreprise très calibrée.

A chaque étape, c’est le même rituel. Toute l’équipe dort à l’hôtel, et partage le petit déjeuner, qui constitue pour les coureurs le grand repas de la journée. Chez Sojasun-Saur, sur le Tour, le contingent est de 25 individus dont 9 coureurs. Soit plus de personnes à côté que sur le vélo ! Chacun a sa mission : rallier l’hôtel du soir pour organiser l’arrivée, préparer le camion-atelier où le mécanicien répare les vélos,  organiser la lessive, suivre le parcours des cyclistes depuis la caravane pour les coacher…

Au cours de la journée, un système de communication avec oreillettes et micro permet aux coureurs de se parler entre eux et à la voiture où sont assis leurs coachs. Au fil des heures et de l’effort, il s’agit d’aborder les points stratégiques définis en amont, mais aussi de se soutenir moralement. Tout comme une journée de production d’usine ! Le "directeur de développement de l’équipe", appelé aussi directeur ou patron, est l’électron libre de la PME. Il quitte les coureurs au départ, et les rejoint à l’arrivée : il va voir la salle de presse, parle aux invités…

A l’arrivée des coureurs, une armada de kinésithérapeutes et d’ostéopathes se tient prête à les accueillir. "Quand le coureur arrivé complètement cassé après 250 km à travers la montagne, il faut être aux petits soins", indique Philippe Raimbaud, le directeur de développement de l’équipe Sojasun-Saur. 45 minutes de massage, une entrevue avec le médecin, qui exerce en libéral durant le reste de l’année, et du repos.  Avant l’étape suivante.

Secret industriel et innovation
L’organisation est une arme pour être performant. Si des "guides" pratiques du Tour de France circulent au sein de certaines équipes, il s’agit d’une pièce interne qui n’a pas vocation à être montrée. La raison ? Il faut veiller à ce que les adversaires n’aient pas prise sur d’éventuels points forts organisationnels dont pourrait disposer l’équipe. En ce sens, les relations des équipes vis-à-vis des journalistes alternent d’ailleurs "entre l’ouverture et la précaution".

Quant aux ressources humaines, une attention toute particulière est bien sûre portée au recrutement. "Les méthodes c’est bien, mais l’essentiel c’est les hommes", explique Philippe Raimbaud. Crucial pour une équipe, il lui faut disposer d’un "œil" sachant dénicher les potentiels, sentir que tel individu peut s’entendre avec tel autre, qu’il manque telle pièce au puzzle et que si l’on y ajoute un élément particulier, l’équipe est plus forte. "C’est un tout petit milieu. On se connaît tous", reconnaît Philippe Raimbaud. Sans arrêt côte à côte sur des appels d’offres communs que sont les courses, les professionnels font figure d’habitués et doivent repérer les talents. "Dans le peloton, on discute beaucoup. On essaie de multiplier les regards".

Quant à l’innovation, elle est la résultante de "plein de petites techniques" mises au point au quotidien. Travailler la cohésion humaine, mais aussi quelques astuces comme celles du plateau ovoïde, qui permet de faire moins d’efforts.

Les fournisseurs ne sont pas en reste.Tout comme pour des fabriquant industriels de haute valeur ajoutée, ils sont des partenaires essentiels, prodiguant des services "sur mesure". Dans le cas de l’équipe Saur-Sojasun, outre une charte "développement durable" le groupe Séché apporte expertise et méthodes sur la prévision météo par exemple. Essentiel dans un sport tel que le cyclisme où la force du vent est déterminante. Les fournisseurs de matériel tels que vélos, roues, chaînes, chaussures, casques ou combinaisons, sont autant contributeurs de précision pour la victoire.

Une trésorerie originale
Les montants des prix gagnés par les coureurs sont entièrement reversés aux sportifs : pour vivre, la PME doit donc chercher ses financements ailleurs. La gestion des fonds est simple : "on part au premier janvier avec un réservoir plein, et il faut veiller à ce qu’il reste quelques gouttes au 31 décembre", illustre Philippe Raimbaud. Quant à la répartition du chiffre d’affaires, il est particulier : 70% du budget est constitué par la masse salariale. Et le PDG est loin d’être le mieux payé de l’équipe !

Car une victoire ne se joue pas sur les 500 derniers mètres. Les coureurs sont salariés sur toute l’année. Ils courent du mois de février au mois d’octobre : outre le Tour de France, des épreuves comme le Paris-Roubaix jalonnent leur calendrier. Sur une saison, "les cyclistes font 30 000 km sur un vélo", explique Philippe Raimbaud. Le Tour représente tout de même 20 jours sur les 70 à 90 jours de course qu’un cycliste professionnel doit assurer.

Un mode de vie et d’entraînement s’impose pour que durant les 3 semaines du Tour, les coureurs soient dans la plénitude de leurs moyens. Sur l’année, l’entraînement des coureurs constitue le "cœur nucléaire" de l’entreprise. Voir comment les charges de travail sont vécues, construire une saison avec des temps forts, des récupérations… Constituer des rendez-vous, des objectifs, définir en commun des cycles de travail… C'est à ce prix que se dessine la victoire, le jour J. Un travail de manager de précision, dont nombre d’ingénieurs de production et de patrons d’usine pourront s’inspirer.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle