Une envie de textile made in France

Après des décennies de descente aux enfers, le textile français, bousculé par les attentes des consommateurs, se prend à rêver d’un renouveau.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une envie de textile made in France
Fondateur de 1083, Thomas Huriez a relancé la production de jeans à Romans-sur-Isère (Drôme).

Fabrication française exigée. « Des marques de moyenne gamme, à l’image très française mais qui produisent dans les pays de l’Est, sont venues nous voir parce que leurs clients asiatiques réclament du made in France, raconte Amedi Nacer, le gérant du groupe Thierry-Fonlupt, façonnier du luxe. Nous coûtons deux fois plus cher que la Bulgarie, mais ces marques ont un pistolet sur la tempe ! Nous allons revoir notre façon de produire pour ne pas faire de la sur-qualité et répondre à cette nouvelle clientèle. »

L’entreprise d’Amedi Nacer ira un peu plus loin dans la coupe automatisée de tissus et l’utilisation de logiciels pour limiter la consommation de matières premières. L’un des modèles qu’elle devra confectionner est iconique pour la marque cliente, donc change peu, ce qui permet une industrialisation plus poussée. Le groupe (8 millions de chiffre d’affaires en 2019), dont les deux sites, en Mayenne et dans le Calvados, emploient 220 salariés, s’apprête à créer une nouvelle unité de production pour répondre à cette commande. Elle servira à former les nouveaux salariés. « Il faut apprendre à regarder le business comme un échange entre partenaires », conclut le chef d’entreprise. Une nouveauté, dans le milieu…

Sylvie Chailloux, la présidente de l’Union française des industries mode et habillement (Ufimh, groupement des confectionneurs), dirige Textile du Maine, une entreprise de prêt-à-porter féminin. Elle aussi remarque l’arrivée de nouveaux clients. « Ce sont des porteurs de projets, qui veulent une fabrication locale. Nous sommes attentifs à leur demande, et ils comprennent nos problématiques. Cette oreille-là, on ne l’avait plus dans le prêt-à-porter. »

Une filière qui retisse sa toile

La poussée vers le made in France a commencé il y a deux ou trois ans, mais depuis un an, c’est une déferlante ! C’est super ce qu’il se passe !

Karine Renouil-Tiberghien, dirigeante du groupe Les Manufactures de layette et tricots

Le secteur bouillonne. « La poussée vers le made in France a commencé il y a deux ou trois ans, mais depuis un an, c’est une déferlante ! Notre croissance est largement supérieure à 10 % par an. »

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement