Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Une entreprise de la Creuse invente un kit pour détecter les cellules souches cancéreuses

Coralie Lemke , , ,

Publié le

Une biotech installée en Creuse a mis au point un outil de diagnostic qui permet de repérer les cellules souches cancéreuses, des organismes particulièrement nocifs. Le kit permettra d'obtenir un diagnostic plus rapide et plus précis sur la dangerosité de la tumeur.

Une entreprise de la Creuse invente un kit pour détecter les cellules souches cancéreuses
Le kit permettra de faciliter le travail des médecins spécialisés dans l'analyse des tissus.
© PIXABAY

Il ne coûte que 300 euros, est breveté pour le cancer colorectal et bientôt pour les cancers des voies digestives, les cancers de la prostate, des ovaires et les cancers gynécologiques. Le kit Carcidiag, destiné au dépistage de cellules souches du cancer va être commercialisé en septembre.

Malgré son faible coût, ce kit n’a pas été élaboré pour les particuliers qui voudraient se diagnostiquer seuls chez-eux au plus vite. Il s’adresse aux anatomopathologistes, les médecins spécialisés dans l’analyse des tissus, qui travaillent en laboratoire.

"L’équipe de scientifiques de Carcidiag vient de mettre au point une technologie unique permettant de diagnostiquer les cancers plus rapidement et précisément que jamais. Se basant sur la reconnaissance des cellules souches cancéreuses, cette méthode permet non seulement de constater en quelques heures la présence éventuelle d'un cancer, mais également d'en prédire l'agressivité", explique la biotech dans un communiqué.

Des cellules particulièrement dangereuses

Le laboratoire, situé non loin de Guéret, a mis au point une innovation majeure : celle de pouvoir marquer les cellules souches cancéreuses grâce à la glycosylation, un procédé qui permet de détecter des glucides sur la surface des cellules souches cancéreuses. Ces dernières "ont comme caractéristique principale de résiste de façon plus marquée aux traitements anticancéreux (radiothérapie, chimiothérapie..). Elles sont par ailleurs les seules capables de former une nouvelle tumeur en formant des métastases." Les médecins savent donc bien plus rapidement à quel point la tumeur est dangereuse, et ce, avec un délai bien plus court que ce qui est existe actuellement.

Un avantage pour le patient, qui est soigné plus tôt, plus efficacement et de manière plus adaptée. Le kit devrait aussi faire avancer la recherche, en testant des protocoles in vitro afin de comprendre comment stopper la multiplication des cellules. "L’équipe dirigeante est entourée de scientifiques et de cancérologues du CHU de Limoges, de l'hôpital de la Timone à Marseille et de l’hôpital Bichat à Paris", explique Benjamin Wattinne, le co-fondateur de Sowefund, le fonds qui finance la biotech. Avec la vente de son nouveau kit, la petite équipe creusoise de six personnes pourra probablement recruter de nouveaux salariés.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle