Une durée du travail pas assez flexible, selon Coe-Rexecode

Alors que le Premier ministre François Fillon parle aujourd’hui d’une réforme du droit du travail dans le but d’enterrer définitivement les 35 heures, l'institut proche du patronat Coe-Rexecode publie une étude sur le temps de travail en France. Et dans le domaine l'Hexagone est à la traîne par rapport à l'Allemagne.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une durée du travail pas assez flexible, selon Coe-Rexecode

"Il faut permettre une négociation dans une entreprise pour revenir sur le temps de travail afin d’adapter sa situation à son environnement économique", a déclaré François Fillon devant les députés UMP mardi 10 janvier.

Il relance ainsi un des thèmes de campagne du candidat Nicolas Sarkozy en 2007. Il promettait alors d’assouplir radicalement les 35 heures. Effectivement, la durée de travail des salariés français à temps plein est la plus faible de l'Union européenne après la Finlande, selon une étude de l'institut Coe-Rexecode publiée mercredi 11 janvier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Grâce aux données comparables fournies par Eurostat, l’institut économique dévoile que les salariés français à temps plein ont travaillé 1 679 heures en 2010, "soit 224 heures de moins que l'Allemagne" ou "177 heures de moins que le Royaume-Uni". A l'inverse, les travailleurs indépendants français ont, eux, une durée moyenne de travail parmi les plus importantes d'Europe des 27 avec l'Allemagne et l'Autriche.

Mauvaise politique de l'emploi

Alors est-ce un signe que les Français se tournent les pouces ? "Cela signifie que nous avons fait le mauvais choix de politique de l’emploi", répond Gilles Koleda, économiste directeur des Etudes chez Coe-Rexecode. Alors que l’Allemagne s’en tire beaucoup mieux. "Entre 1999 et 2010, le PIB par tête a augmenté de 13% en Allemagne contre 7% chez nous", souligne l'économiste.

Selon Coe-Rexecode, cette divergence trouve sa source dans des politiques d’emploi différentes. En France, la loi des 35 heures a entrainé une forte baisse de la durée effective du travail. Mais elle était trop rigide pour réussir à atteindre son objectif, la raison même de sa création : le partage du travail. "Le résultat a été que le pouvoir d’achat par habitant a été bridé", résume le directeur des études.

En Allemagne, les réformes du début des années 2000 ont permis non seulement une augmentation de la compétitivité mais aussi une nette progression du pouvoir d’achat moyen et du taux d’emploi. Le pays "a su trouver un consensus dans l'entreprise sur le triptyque durée du travail - emploi – salaires", explique-t-il.

Partage de l'emploi

Les Allemands ont réussi le partage de l’emploi. "Ils se sont serré la ceinture depuis 2004-2005 mais ont réussi ainsi à booster leur compétitivité. Ils ont créé de la richesse qu’ils ont pu ensuite redistribuer sous forme de pouvoir d’achat". La quantité de travail totale fournie et le volume du PIB ont augmenté modérément, mais le PIB par habitant a augmenté de façon très significative (+ 13%).

On ne retrouve pas, ou très insuffisamment, cette aptitude en France. De notre côté du Rhin, le choix a été plutôt d’opter pour la voie législative avec la loi Aubry des 35 heures, qui aurait "réduit la marge de manœuvres des entreprises" . Et l’économiste explique : "En France, nous ne pouvons négocier que sur deux pan du triptyque puisque le temps de travail est figé par la loi. Nous avons rpis le problème à l’envers". En bref, il ne fallait pas couper plus de parts dans un même gâteau mais œuvrer pour que le gâteau nourrisse tout le monde.

Sommet de l'emploi à l'Elysé

Alors comment rester dans la course ? Il faut tirer des leçons de notre échec et "rétablir un fonctionnement fluide et efficace du marché du travail en France. C'est pour ça que nous avons sorti cette étude avant le sommet pour l'emploi du 18 janvier", organisé par l'Elysée.

Coe-Rexecode incite donc à privilégier des accords d’entreprises sur une loi nationale qui ne saurait être adaptée à chacun des secteurs. Et l’enquête conclut : "Une libération de la durée du travail grâce à des accords d’entreprises conduirait à une augmentation du taux d’emploi et du pouvoir d’achat en France". Un diagnostic qui pourrait facilement se transformer en promesse électorale.

Décrochage du temps de travail dans l'industrie française

 

Durée effective moyenne de travail des salariés à temps complet

 

 

 Cliquez dessus pour agrandir le graphique.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS