Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Une chronique de fermetures annoncées dans le raffinage

,

Publié le

Sans investissements, deux à trois des 11 raffineries françaises fermeront leurs portes d'ici à 2020-2030. C'est ce qui ressort d'un rapport provisoire issu d'un groupe de travail incluant l'industrie pétrolière, les syndicats et les pouvoirs publics.

Une chronique de fermetures annoncées dans le raffinage

La fermeture de la raffinerie de Dunkerque avait causé une grève dure, début 2010, dans les raffineries de Total. Face à la pénurie de carburant constatée, le gouvernement avait alors lancé... un groupe de travail. Le rapport provisoire annonçant trois prochaines fermetures de raffineries est issu de cette initiative. Objectif à l'époque : faire dialoguer l'industrie pétrolière, les syndicats et les pouvoirs publics autour de l'avenir du raffinage en France.

Ces fermetures seraient la « conséquence directe de la baisse de la consommation de produits pétroliers », estimée à -20% d'ici 2020-2030 par rapport à 2005. C'est ce que précise le document, que s'est procuré l'AFP. Elles correspondent à 1.200 à 2.000 emplois directs et indirects.

Un document provisoire

Charles Foulard, coordonateur CGT des raffineries Total,  a participé aux tables rondes. Il s’agit d’un « document non validé », souluigne-t-il à propos du rapport. « C’est un document de synthèse provisoire de nos trois groupes de travail. Nous avons fait des amendements, qui ne sont pas pris en compte dans ce rapport d’étape ». Les amendements devaient être remis le 31 janvier.

Quant à l'estimation de la baisse de consommation d'hydrocarbures, « ce sont des projections que les pétroliers utilisent », réagit le responsable syndical. Des propos qui s’inscrivent selon lui dans la continuité des propos de l’UFIP, l'Union Française des Industries Pétrolières, qui annonçait l’année dernière que trois raffineries fermeraient. Sans oublier des «propos tenus par la confédération patronale en Italie, où 6 raffineries dont une en partenariat avec Total pourraient être fermées».

Et Charles Foulard de faire les comptes. « On a déjà celle de Flandres qui a fermé, une distillation atmosphérique en Normandie sur la raffinerie Total en sursis, et nous avons actuellement une procédure de consultation pour une éventuelle fermeture sur la raffinerie de Reichstett. Ca fait déjà trois ! ». Par ailleurs, la fermeture de celle de LyonDell Basell est en réflexion. « S’il faut encore en fermer trois, on va rouler au gazole chinois. Lorsqu’Eric Besson explique à l’assemblée nationale, comme il l’a fait la semaine dernière, que la France est attachée à son raffinage, il faut être cohérent», s'emporte-t-il.

Des débats à trancher

Les positions des différentes parties prenantes du groupe de travail pourraient encore évoluer. Ainsi, l’IFP et les pétroliers n’ont pas la même position concernant les Etats-Unis, indique Charles Foulard. « A la différence des pétroliers, l’IFP considère dans ses simulations présentées à la table ronde qu’il y aura toujours une demande importante d’essence outre-Atlantique, qui nécessiteront des exportations de nos raffineries européennes ».

« Ce que l’on ne sait pas non plus, c’est la forme que prendra le document final remis au ministre. Y aura-t-il grand-messe ou non ? ». Difficile à prévoir, quand le tandem Estrosi-Borloo, qui avait lancé les groupes de travail, est aujourd’hui supplanté par le tandem Besson-NKM.

Contactée par la rédaction de l'Usine Nouvelle, l'UFIP n'a pas voulu s'étendre sur le sujet, préférant réserver ses commentaires pour demain, vendredi 4 février, lors d'une conférence officielle.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle