Une campagne d’un million pour que les génériques soient enfin systématiques

Leurs ventes sont en hausse, mais la confiance dans leurs traitements se fragilise… Pour y remédier, les fabricants de médicaments génériques lancent une grande campagne de communication. Avec humour.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une campagne d’un million pour que les génériques soient enfin systématiques

Ils l’annoncent comme "une campagne d’utilité publique". Pourtant, les industriels du générique ne sont pas parvenus à recueillir le soutien des pouvoirs publics pour lancer leur campagne de communication "Les génériques, ça devrait être systématique". Mais un message rassurant s’imposait. L’année dernière, un rapport de l’Académie de médecine avait semé le trouble auprès des Français, qui accordaient une confiance déjà fragile à ces copies de médicaments. Depuis, "quatre rapports d’autorités majeures (Mutualité française, Igas, ANSM et Académie de Pharmacie) ont été publiés", rappelle Frédéric Collet, président Affaires médicales du Gemme, la fédération des industriels du générique. Des institutions qui n’ont pas hésité à "se mouiller" en faveur des génériques, estime-t-il.

Economiquement, les génériques ont pourtant connu une belle année 2012, grâce à l'entrée en vigueur du principe du "tiers payant contre génériques" au printemps dernier. Résultat, une croissance de 14,8% pour ces copies de médicament, et un taux de substitution des médicaments d’origine par leurs génériques de 82% à fin novembre. Certes. Mais "le chainon manquant, c’est celui de la confiance des acteurs et du patient", observe Frédéric Collet. En France, la pénétration des génériques serait encore de 25%, contre 80% aux Etats-Unis et plus de 60% en Angleterre ou en Allemagne.

"Bonnet blanc… et blanc bonnet"

A partir du 14 janvier, c’est donc une communication très grand public que quinze fabricants de génériques ont prévu. Elle leur coûte un million d’euros, mais devrait susciter 70 millions de "contacts". Presse quotidienne, presse professionnelle, magazines, radio : dans les trois prochaines semaines, vous ne devriez pas y couper ! Le message se veut humoristique: "Aucune maladie ne fait la différence entre un générique et son médicament d’origine". Ou encore "médicament générique et médicament d’origine, c’est bonnet blanc et blanc bonnet". Pour preuve de leur bonne foi, les industriels ont d’ailleurs remis aux journalistes présents à la conférence de presse des… bonnets blancs. Fabriqués par le Français Saint James bien sûr. Car 95% des génériques sont fabriqués en Europe, dont 55% en France, rappelle le Gemme.

Découvrez leur campagne de communication en suivant ce lien.

Gaëlle Fleitour

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS