Une année prometteuse pour la micro-informatiqueAlors que Microsoft prépare son Windows 98, Intel va généraliser son processeur Pentium II. Les grands constructeurs s'engagent à fond sur le marché grand public avec de belles baisses de prix en perspective.

, ,

Publié le

Enquête

Une année prometteuse pour la micro-informatique

Alors que Microsoft prépare son Windows 98, Intel va généraliser son processeur Pentium II. Les grands constructeurs s'engagent à fond sur le marché grand public avec de belles baisses de prix en perspective.



Sur un point au moins, 1998 ressemblera à 1997 : le marché français de la micro-informatique devrait croître d'au mois 17 %, comme l'année passée. Cela ne signifie nullement que le secteur s'apprête à passer une année calme et sans histoires. Bien au contraire, 1998 sera riche en événements importants pour les consommateurs de micro-informatique, tandis que les constructeurs de micro-ordinateurs eux-mêmes y parachèveront une véritable révolution interne. Depuis la sortie ultra-médiatisée de Windows 95, le système d'exploitation du micro-ordinateur a pris sa place dans les composants clés, aux côtés du processeur ou du disque dur. Or pas moins de quatre systèmes d'exploitation signés Microsoft marqueront l'année 1998.

La valse des modèles de processeurs s'accélère

L'arrivée de Windows 98, successeur de Windows 95, sera sans nul doute la plus bruyante, le produit étant surtout destiné au grand public. Mais un imbroglio juridique, qui oppose le département de la Justice américain à Microsoft, laisse des incertitudes sur la manière dont sera commercialisé Windows 98 (avec ou sans le navigateur Internet Explorer intégré). Du côté des processeurs, ce n'est pas le train-train non plus ! Les acheteurs de micro-ordinateurs sont habitués à la valse des modèles de processeurs, mais le phénomène s'accélère. Principale raison, Intel, qui détient pourtant 90 % du marché, voit des produits concurrents considérés comme inoffensifs se transformer en sérieux adversaires. Ainsi, tout récemment, Compaq et IBM ont annoncé coup sur coup des gammes de micro-ordinateurs équipés de processeurs AMD ou Cyrix, concurrents d'Intel. Des modèles destinés au grand public, friand de machines puissantes à bas prix. Ce marché est en pleine explosion depuis quelques mois aux Etats-Unis, et Intel n'a pas l'intention de laisser filer.

La bataille devient vive sur le marché grand public

Pour y parvenir, le créateur des Pentium peut s'appuyer sur sa formidable capacité technologique et financière, qui lui permet de tenir un rythme infernal dans la succession des générations de puces, comme dans les baisses de prix. C'est donc bien sur le marché grand public, auquel on prête 25 % de croissance en France pour 1998, que la bataille sera la plus vive. Les constructeurs sont prêts à en découdre, entre eux, et avec les " PC sans marque " des assembleurs, et les marques de la grande distribution. Manifestement, le " coup " réalisé par la grande distribution à l'automne dernier, en proposant, pour une période limitée, des micros multimédias à moins de 5 000 francs a secoué tout le monde. A ce phénomène temporaire (mais renouvelable ?) s'est ajoutée une tendance de fond venue des Etats-Unis : en quelques mois, les " PC à moins de 1 000 dollars " se sont arrogé des parts de marché significatives. Compaq, dans les derniers mois de l'année 1997, a réalisé plus de la moitié de ses ventes en grande distribution avec ces machines d'entrée de gamme. Cette vague, bien entendu, va déferler en France. " Mais attention aux chiffres trompeurs ! ", s'exclament les constructeurs. Et tous de faire remarquer que, en ajoutant le moniteur (non compris dans les 1 000 dollars), les coûts de distribution (plus élevés qu'aux Etats-Unis) et la TVA, on arrive plutôt à un prix de 8 000 francs, toutes taxes comprises... Cela dit, en deux ans, les grands constructeurs sont successivement passés sous la barre des 10 000, 9 000, et maintenant 8 000 francs, pour des ordinateurs d'entrée de gamme toujours plus puissants. Et en 1998 ? " Nous n'irons pas en deçà de 7 000 francs ", assure Eric Boustouller, directeur du marketing de Compaq France. Ce mouvement n'en est pas moins significatif de la volonté des grandes marques de ne plus négliger une frange de marché jugée stratégique. Le cabinet d'analystes IDC n'y va d'ailleurs pas par quatre chemins : dans ses prévisions pour 1998, il prédit que les constructeurs de micro-ordinateurs qui ne parviendront pas à prendre une part suffisante sur le marché grand public auront disparu d'ici à trois ans... La concurrence entre Intel et ses rivaux et la crise financière asiatique, qui peut faire baisser les prix des composants, devraient favoriser une nouvelle baisse des prix des machines.

La profession se réorganise

Une année mouvementée se prépare donc, d'autant que, en parallèle, la profession mène une im- portante réorganisation interne. Fournisseurs de composants, constructeurs et distributeurs accompliront en 1998 la révolution entamée en 1997, qui vise à revoir toute la chaîne d'approvisionnement, de stockage et de fabrication. Aiguillonnés par le succès de Dell, spécialiste de la vente directe, IBM, Compaq et Hewlett-Packard se sont décidés à revoir de fond en comble leur mode de fonctionnement. L'objectif est de diminuer sensiblement les stocks à tous les niveaux (composants et ordinateurs assemblés), afin de réduire simultanément les coûts et les délais de livraison des machines. Pour optimiser leur chaîne logistique, les constructeurs peuvent agir sur plusieurs leviers : instituer la fabrication à la commande, mais aussi améliorer la prévision des ventes, réduire le nombre de modèles standards, et, surtout, changer leurs relations avec leurs distributeurs. Ces derniers, en effet, sont nécessairement en première ligne quand il s'agit de contrer les avancées de la vente directe. L'assemblage ou la configuration à la demande, chez le distributeur, devraient se développer en 1998. Cette pratique, qui déplace l'assemblage final de l'ordinateur au plus près de la commande, est déjà en cours aux Etats- Unis et dans certains pays européens. Les grands construc-teurs doivent la démarrer en France, dès cette année. Cependant, le passage au co-assemblage pose plusieurs questions. Comment gérer l'assem- blage chez de nombreux partenaires (stocks de composants...) ? Comment sera rétribué ce nouveau service demandé aux distributeurs ? La profession dispose- t-elle du système d'information nécessaire pour faire fonctionner la nouvelle chaîne logistique (EDI...) ? Les grandes manoeuvres ne font sans doute que commencer.



Omniprésence du Pentium II

"Aujourd'hui, nous ne savons pas plus de trois mois à l'avance quels sont les processeurs qui vont équiper nos machines. " Cette affirmation, recueillie chez un grand constructeur en informatique, montre bien l'accélération des générations de microprocesseurs. A ce titre, 1998 devrait se traduire par un grand coup de balai. L'année passée, trois processeurs Intel, le Pentium (et Pentium MMX), le Pentium Pro et le Pentium II, se sont partagé l'essentiel du marché. L'année 1998 devrait se terminer par une large prédominance du Pentium II, des grands serveurs multiprocesseurs jusqu'aux postes de travail et aux PC domestiques. En effet, la concurrence exacerbée sur les prix des micro-ordinateurs pousse le fabricant de processeurs à accélérer l'évolution de sa gamme pour se démarquer de ses concurrents. Intel vient de baisser de 30 % le prix de ses Pentium II d'entrée de gamme (233 mégahertz). Un Pentium II " allégé " (peu cher) sera proposé courant 1998 pour équiper les PC à bas prix. D'autre part, Intel étoffera la gamme jusqu'à 400 mégahertz dès le premier semestre de 1998. Des versions destinées aux serveurs (multiprocesseurs) apparaîtront à la mi-1998 pour remplacer les Pentium Pro. Seuls les ordinateurs portables échapperont encore à la vague Pentium II.







Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte