Une action collective intentée en justice contre l'exploitant de Fukushima Daiichi

En pleine commémoration du deuxième anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima Daiichi, les victimes ont décidé de faire entendre leur voix et assignent Tepco, la société exploitante de la centrale, devant la justice pour obtenir réparation.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une action collective intentée en justice contre l'exploitant de Fukushima Daiichi

Près de 800 plaignants de la région de Fukushima ont pris la décision de rejoindre cette action collective ("class action") devant la justice japonaise, selon le communiqué des avocats rapporté par l'AFP. Leur souhait, formulé auprès du tribunal du district de Fukushima ? Que Tepco, l'énergéticien exploitant la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, accélère les travaux de décontamination.

Selon l'AFP, ils exigent aussi de Tepco qu'elle verse une astreinte de 50 000 yens (environ 400 euros) à verser par personne et par mois, ont indiqué leurs avocats.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Par cette action, nous cherchons à obtenir le retour de la région à son état antérieur à la contamination par des éléments radioactifs, et nous demandons une compensation pour les souffrances psychologiques engendrées", indique le communiqué des avocats.

Selon les dernières estimations, il faudra 30 à 40 ans pour mener à bien les travaux de démantèlement de la centrale. Comme à Techrnobyl, en Ukraine, où une catastrophe nucléaire du même accabit s'est produite en 1986, les Japonais de la région de Fukushima déplacés ne pourront sûrement plus retrouver leurs habitations et leur vie d'avant.

"Nous voulons mettre en évidence la responsabilité de Tepco, qui a causé cet accident, et celle du gouvernement qui n'a pas pris les mesures de sécurité suffisantes pour l'éviter", indiquent encore les avocats, qui attendent une modification "en profondeur (de la) politique pro-nucléaire (pour) empêcher d'autres personnes de devenir des futures victimes", conclut le collectif.

Elodie Vallerey

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS