Une action climatique radicale pourrait créer 65 millions d’emplois

Le rapport 2018 de la Commission mondiale sur l’économie et le climat insiste sur la nécessité d’accélérer l’action climatique d’ici 2030. Un plan d’urgence pour lutter contre le dérèglement climatique, qui aurait aussi des retombées très positives sur l’économie mondiale.

Partager
Une action climatique radicale pourrait créer 65 millions d’emplois
Le rapport 2018 de la Commission mondiale sur l’économie et le climat insiste sur la nécessité d’accélérer l’action climatique d’ici 2030.

Mardi 4 septembre, un typhon d’une rare violence a frappé le Japon. Le plus violent depuis vingt-cinq ans, avec des vents à plus de 200 km/h. Pas de doute, la multiplication des typhons et pluies diluviennes dans l’archipel nippon est liée au réchauffement climatique. Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus, tous les évènements climatiques de ces dernières semaines qui ont frappé l’Europe, y compris la Scandinavie, devraient les ramener à la réalité.

Si la politique de l’autruche est aussi un rempart contre la crainte de devoir prendre des mesures qui bouleverseraient notre mode de vie, le rapport 2018 de la Commission mondiale sur l’économie et le climat (Global commission on the economy and climate), intitulé "Développer un nouveau modèle de croissance inclusive pour le XXIème siècle : accélérer l’action climatique d’urgence", aurait des conséquences très positives pour l’économie mondiale.

<< Abonnés, découvrez ici l'intégralité de ce rapport

Cette commission présidée par l’ancienne ministre nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, l’industriel néerlandais Paul Polman et l’économiste britannique Nicholas Stern, a élaboré un scénario pour sauver la planète d’un dérèglement climatique avec une hausse des températures qui dépasserait à la fin du siècle 2°C par rapport à la période pré-industrielle. Une action qui s’accompagnerait d’un changement radical d’ici à 2030. "Il s’agit d’un nouveau modèle de croissance pour le XXIème siècle. Le défi consiste maintenant à accélérer la transition vers un modèle bas carbone, résilient et plus inclusif", indique le communiqué.

Supprimer les subventions pour les énergies fossiles et l’agriculture polluante

Ce rapport demande aux principales puissances économiques de fixer un prix du carbone d’au moins 40 à 80 dollars d’ici 2020. D’ici à 2025, ces pays devraient supprimer subventions et allègements fiscaux "accordés aux exploitations d’énergies fossiles et aux exploitations agricoles polluantes". Les pays du G20 et les banques devront aussi investir au moins 100 milliards de dollars par an dans les infrastructures durables d’ici 2020.

Toujours à cet horizon, les entreprises du classement Fortune 500 devront avoir des objectifs conformes aux accords de Paris. Il faut aussi engager 50 milliards de dollars supplémentaires en faveur de l’innovation, construire une approche axée sur les besoins des citoyens pour "une transition juste". Une transition qui concerne non seulement l’énergie propre qui - avec une réforme des subventions et la tarification du carbone – pourrait bénéficier de 2 800 milliards de dollars supplémentaires par an en 2030, mais aussi les villes, l’alimentation et l’utilisation des terres, l’accès à l’eau potable et l’industrie.

700 000 morts prématurées évitées

L'industrie pourrait bénéficier des nouvelles technologies pour réduire de 26% la consommation énergétique au niveau mondial au cours des 25 prochaines années, ce qui entraînerait une réduction de 32 % des émissions mondiales de CO2 du système énergétique.

D’après ce rapport, cette politique volontariste permettrait non seulement d’éviter 700 000 morts prématurées par an à l’horizon 2030, mais elle créerait 65 millions d’emplois à faible intensité carbone et génèrerait 26 000 milliards de dollars de gains économiques cumulés dans douze ans. Avec de telles projections, difficile de ne pas se lancer dans un tel plan climat, qui rejoint les propositions de Jean Jouzel et Pierre Larrouturou.

À LIRE AUSSI

"Mille milliards d'euros par an pour la transition énergétique", réclame l'économiste Pierre Larrouturou

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Levage Electricité Confirmé (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 24/01/2023 - CDI - Castres

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

31 - Colomiers

Maîtrise d'oeuvre pour le projet d'aménagement paysager de la cour de l'école élémentaire Jules-Ferry

DATE DE REPONSE 03/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS