Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Une action climatique radicale pourrait créer 65 millions d’emplois

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

La data Le rapport 2018 de la Commission mondiale sur l’économie et le climat insiste sur la nécessité d’accélérer l’action climatique d’ici 2030. Un plan d’urgence pour lutter contre le dérèglement climatique, qui aurait aussi des retombées très positives sur l’économie mondiale.

Une action climatique radicale pourrait créer 65 millions d’emplois
Le rapport 2018 de la Commission mondiale sur l’économie et le climat insiste sur la nécessité d’accélérer l’action climatique d’ici 2030.

Mardi 4 septembre, un typhon d’une rare violence a frappé le Japon. Le plus violent depuis vingt-cinq ans, avec des vents à plus de 200 km/h. Pas de doute, la multiplication des typhons et pluies diluviennes dans l’archipel nippon est liée au réchauffement climatique. Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus, tous les évènements climatiques de ces dernières semaines qui ont frappé l’Europe, y compris la Scandinavie, devraient les ramener à la réalité.

Si la politique de l’autruche est aussi un rempart contre la crainte de devoir prendre des mesures qui bouleverseraient notre mode de vie, le rapport 2018 de la Commission mondiale sur l’économie et le climat (Global commission on the economy and climate), intitulé "Développer un nouveau modèle de croissance inclusive pour le XXIème siècle : accélérer l’action climatique d’urgence", aurait des conséquences très positives pour l’économie mondiale.

 

<< Abonnés, découvrez ici l'intégralité de ce rapport

Cette commission présidée par l’ancienne ministre nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, l’industriel néerlandais Paul Polman et l’économiste britannique Nicholas Stern, a élaboré un scénario pour sauver la planète d’un dérèglement climatique avec une hausse des températures qui dépasserait à la fin du siècle 2°C par rapport à la période pré-industrielle. Une action qui s’accompagnerait d’un changement radical d’ici à 2030. "Il s’agit d’un nouveau modèle de croissance pour le XXIème siècle. Le défi consiste maintenant à accélérer la transition vers un modèle bas carbone, résilient et plus inclusif", indique le communiqué.

 

Supprimer les subventions pour les énergies fossiles et l’agriculture polluante

Ce rapport demande aux principales puissances économiques de fixer un prix du carbone d’au moins 40 à 80 dollars d’ici 2020. D’ici à 2025, ces pays devraient supprimer subventions et allègements fiscaux "accordés aux exploitations d’énergies fossiles et aux exploitations  agricoles polluantes". Les pays du G20 et les banques devront aussi investir au moins 100 milliards de dollars par an dans les infrastructures durables d’ici 2020.

Toujours à cet horizon, les entreprises du classement Fortune 500 devront avoir des objectifs conformes aux accords de Paris. Il faut aussi engager 50 milliards de dollars supplémentaires en faveur de l’innovation, construire une approche axée sur les besoins des citoyens pour "une transition juste". Une transition qui concerne non seulement l’énergie propre qui - avec une réforme des subventions et la tarification du carbone – pourrait bénéficier de 2 800 milliards de dollars supplémentaires par an en 2030, mais aussi les villes, l’alimentation et l’utilisation des terres, l’accès à l’eau potable et l’industrie.

 

700 000 morts prématurées évitées

L'industrie pourrait bénéficier des nouvelles technologies pour réduire de 26% la consommation énergétique au niveau mondial au cours des 25 prochaines années, ce qui entraînerait une réduction de 32 % des émissions mondiales de CO2 du système énergétique.

D’après ce rapport, cette politique volontariste permettrait non seulement d’éviter 700 000 morts prématurées par an à l’horizon 2030, mais elle créerait 65 millions d’emplois à faible intensité carbone et génèrerait 26 000 milliards de dollars de gains économiques cumulés dans douze ans. Avec de telles projections, difficile de ne pas se lancer dans un tel plan climat, qui rejoint les propositions de Jean Jouzel et Pierre Larrouturou.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle