Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Un week-end chaud pour les prix du pétrole

,

Publié le

Vent de panique au Nymex. Le baril a augmenté de 11,33 $ US en une journée pour s'établir à 139,12 dollars vendredi 6 juin au soir : du jamais vu. A tel point que le « troisième choc pétrolier » est sur toutes les lèvres.

Un week-end chaud pour les prix du pétrole

Cocktail explosif. Plusieurs facteurs ont semblé déclencher l'escalade. Les déclarations jeudi du président de la banque centrale européenne, tout d'abord. Jean-Claude Trichet a ouvert la voie à une hausse des taux d'intérêts en juillet pour lutter contre l'inflation, insinuant qu'une hausse des taux de 25 points de base serait envisageable à sa prochaine rencontre monétaire. Lorsque les taux montent en Europe ou baissent aux Etats-Unis, le dollar tend à se déprécier face à l'euro. Et quand le dollar baisse, de nombreux investisseurs achètent du pétrole, le dollar étant la monnaie dans laquelle s'effectuent les transactions.

Autre accélérateur de spéculation : les annonces des analystes des banques d'affaires. Goldmann Sachs a prédit un cours du baril à 140 dollars cet été et à 200 dollars l'année prochaine, tandis que Morgan Stanley prévoit un baril à 150 dollars américains avant le 4 juillet 2008.

Cerise sur le gâteau enfin, les propos menaçants tenus par Israël envers l'Iran. Un vice-Premier ministre israélien, Shaoul Mofaz, a en effet affirmé envisager une attaque contre des installations nucléaires iraniennes, considérant que les sanctions internationales contre l'Iran, quatrième producteur mondial de brut, s'avéraient inopérantes.

Alarme au G8. Les ministres de l'Energie des pays industrialisés du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Russie) ont tenu une première réunion samedi 7 juin à Aomori (Japon), élargie ensuite, fait crucial, à trois puissances économiques asiatiques : la Chine, l'Inde, et la Corée du Sud. Brandissant le spectre de la récession mondiale, ils ont appelé "les autres pays producteurs de pétrole à augmenter l'investissement pour maintenir un bon approvisionnement des marchés".  L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui représente 40% de la production mondiale, a encore fait la sourde oreille, jugeant que la hausse des prix était due à la spéculation et non à un déficit d'offre.

Les cours du pétrole refluaient de deux dollars lundi matin, restant néanmoins à des niveaux historiquement élevés de 137,69 dollars sur le Nymex.

Ana Lutzky

Bussereau : la grève de la SNCF « tombe mal »

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a appelé dimanche les syndicats à ne pas casser la "dynamique de succès du transport ferroviaire", estimant que la grève à la SNCF prévue mardi 10 juin "tombe mal" à un moment où les prix du carburant flambent.


Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle