Un tiers seulement des Tchèques prêts à adopter l'euro

PRAGUE (Reuters) - Un tiers seulement des Tchèques sont favorables à l'adoption de l'euro, et ils pensent majoritairement que l'Union européenne ne va pas dans la bonne direction, d'après un sondage publié lundi.

Partager

La République tchèque a adhéré à l'UE en 2004 en s'engageant à adopter à terme la monnaie unique. Cependant, aucune date d'adoption n'a été fixée et le gouvernement de centre droit issu des élections de mai a déclaré que fixer un échéancier ne faisait pas partie de ses priorités.

D'après le sondage de l'agence STEM, 70% des personnes interrogées ne sont pas favorables à l'adoption de l'euro et 52% ont répondu par la négative lorsqu'on leur a demandé si l'UE allait dans la bonne direction.

Lors d'un précédent sondage de STEM sur l'adoption de l'euro, en novembre 2006, 53% des personnes interrogées étaient contre.

STEM attribue cette tendance à l'augmentation de la dette de certains pays, à l'abaissement de leur note et aux menaces pesant sur la stabilité de l'euro.

Dans une présentation publiée lundi sur le site internet de la banque, Miroslav Singer, président de la Banque centrale tchèque, écrit que l'adoption de l'euro "n'est pas d'actualité et ne sera toujours pas d'actualité dans les prochaines années".

Il ajoute que pour les non-membres, l'attractivité de la zone euro a diminué et que la couronne tchèque a servi d'amortissement utile pour l'économie pendant la crise.

La plupart des pays de la zone euro ne remplissent plus tous les critères requis pour adhérer à la monnaie unique.

Les Tchèques ne répondent pas non plus au critère de plafonnement du déficit budgétaire, mais le pourcentage de leur dette par rapport au PIB reste l'un des plus bas d'Europe et il représente la moitié environ de la moyenne des 27 pays de l'UE.

Jana Mlcochova; Nicole Dupont pour le service français

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS