Un sous-traitant de Samsung emploierait des enfants en Chine

Astrid Gouzik , , , ,

Publié le

Dans un rapport publié mardi 7 août par le China Labor Watch, 7 enfants de moins de 16 ans travailleraient dans des conditions difficiles dans cette usine.

Un sous-traitant de Samsung emploierait des enfants en Chine

"HEG Elecronics a clairement violé le droit du travail chinois", souligne l’association dans son rapport. La société produit des téléphones et des lecteurs de DVD pour le sud-coréen Samsung. Selon le document, compulsé par Bloomberg, l’industriel emploierait sciemment 7 enfants de moins de 16 ans et impose à ses 2 000 employés des conditions et un rythme de travail abusifs.

Par exemple, 3 à 5 heures supplémentaires sont obligatoires chaque jour, en plus de la journée de travail de huit heures réglementaire. Les enfants seraient confrontés à des conditions de travail tout aussi difficiles, tout en étant payés 70% du salaire des autres employés.

Le China Labor Watch est une association à but non lucratif, fondée en 2000. Sa mission est de mener une série d'évaluations des usines en Chine qui produisent des jouets, vélos, chaussures, meubles, vêtements, et de l'électronique pour quelques-unes des plus grandes sociétés américaines.

Une enquête de deux mois

La société, basée à New York, produit des rapports afin d’éduquer la communauté internationale et d’améliorer les conditions de travail en Chine. Elle avait donc déjà mené des enquêtes sur Foxconn, un sous-traitant d’Apple. Selon le rapport publié ce 7 août, les conditions de travail chez HEG sont "bien en dessous de" celles en vigueur chez les fournisseurs d'Apple.

Pour obtenir ces informations, le China Labor Watch a mené son enquête en juin et juillet. Un membre de l’association a infiltré l’usine, se faisant passer pour un employé, et a interrogé les 7 enfants. "Ce que nous voulons plus que tout, c'est permettre à ces enfants de retourner à l'école", a déclaré à Bloomberg Li Qiang , directeur de l’association.

Chez Samsung, on tente de dissiper le malaise. Le société a "réalisé deux inspections sur place cette année, mais n'a constaté aucune irrégularité", a déclaré  dans un courriel Nam Ki Yung, un porte-parole de Samsung. "Compte tenu des conclusions de ce rapport, nous allons procéder à une nouvelle enquête sur le terrain le plus tôt possible. (…) Nous prendrons les mesures appropriées pour corriger les problèmes qui peuvent surgir."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte