Un sous-traitant de PSA, TRW placé en redressement judiciaire

Les effets collatéraux du vaste plan social annoncé par PSA Peugeot Citroën le 12 juillet commencent à se faire ressentir chez les nombreux sous-traitants du groupe : après une déclaration de cessation de paiement, le sous-traitant a été mis en redressement judiciaire.

Partager

 Un sous-traitant de PSA, TRW placé en redressement judiciaire

L'usine de sous-traitance automobile TRW implantée à Ramonchamp, dans les Vosges, s'est déclaré en cessation de paiement et va demander à être placé en redressement judiciaire, a-t-on appris de source syndicale. Entreprise américaine spécialisée dans les pièces détachées pour l'automobile, son principal client est PSA Peugeot Citroën, à l'origine d'un vaste plan social dans plusieurs de ses usines françaises.

"La direction nous a annoncé ce matin que nous étions en cessation de paiement depuis le 30 juin, et qu'elle allait demander à être placée en redressement judiciaire devant le tribunal de commerce d'Epinal le 17 juillet", a indiqué à l'AFP le secrétaire du comité d'entreprise, Lionel Pavot.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les annonces ont été faites lors d'un comité d'entreprise extraordinaire qui s'est tenu le 16 juillet, a-t-il ajouté.

L'usine TRW compte 312 salariés et fabrique des pièces pour automobiles. Près de 60 % de la part de production de l'usine est dédiée à l'approvisionnement des usines PSA Peugeot-Citroën.

"Le procédé qui consiste à déposer le bilan pendant les vacances, alors qu'il n'y a pas de situation d'urgence, est inqualifiable", a dénoncé auprès de l'AFP l'avocat des salariés, Me Ralph Blindauer.

"La situation est la même depuis des années. La maison mère, qui fait des bénéfices, a simplement décidé de couper le robinet", a poursuivi l'avocat, selon qui "ça va être la guerre".

Les salariés, qui craignent un dépôt de bilan depuis plusieurs semaines, avaient organisé une grande manifestation dans la vallée vosgienne en juin, aux côtés des salariés de Cimest (groupe Plastivaloire), un autre sous-traitant automobile du secteur.

La demande de mise en redressement de ce dernier a toutefois été refusée le 22 juin par le tribunal de commerce d'Epinal, qui avait estimé que la cessation de paiement n'était "pas caractérisée".

Selon Me Blindauer, "la situation est exactement la même pour TRW que pour Cimest : on assèche volontairement le carnet de commandes pour fermer l'usine".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS