Un site unique pour Dedienne dans l’Eure

Dedienne Multiplasturgy Group inaugure le 6 décembre son nouveau campus de Saint-Aubin-sur-Gaillon. Celui-ci regroupe les quatre unités de production de Dedienne installées dans l’Eure. Ce transformateur de polymères et composites est tourné vers la substitution des métaux par les plastiques et composites. En particulier dans l’aéronautique et l’automobile.

Partager
Un site unique pour Dedienne dans l’Eure
Atelier du pôle injection du Campus Dedienne Multiplasturgy Group de Saint-Aubin-sur-Gaillon (Eure).

Dedienne Multiplasturgy Group (42 millions d’euros de chiffre d’affaires, 320 salariés) inaugure le 6 décembre son campus de Saint-Aubin-sur-Gaillon (Eure) qui regroupera à terme ses quatre unités de production situées dans l’Eure (120 salariés). Il a investi 7,5 millions d’euros - construction et équipement - dans cette infrastructure de 8 200 mètres carrés installé sur une zone d’activité au bord de l’autoroute A13.

Outre le siège du groupe, ce campus accueille déjà trois des quatre sites Dedienne de l’Eure : Dedienne Moulding, Dedienne Machining et Dedienne Composites. La quatrième unité, Dedienne Coating, installée à Evreux, déménagera sur le site au cours de l’été 2014.

Un seul site pour les quatre technologies principales de Dedienne

Dedienne Multiplasturgy Group est un spécialiste de la transformation multi technologies de polymères et composites à hautes performances pour tous les secteurs de l’industrie, dont l’aéronautique et l’automobile. Le capital de ce groupe français est détenu à 70 % par quatre investisseurs régionaux, le reste étant entre les mains du management. "Le moteur de développement de Dedienne est axé sur la substitution des métaux par les plastiques et composites", résume Pierre-Jean Leduc, président de Dedienne Multiplasturgy Group.

L’industriel concentre désormais sur un seul site les quatre technologies principales qu’il met en œuvre dans l’Eure : l’usinage des plastiques et composites pour l’aéronautique, la Défense et les autres secteurs industriels, l’injection des thermoplastiques et thermodurcissables, le thermoformage et la mise en forme des composites hors autoclave. A ces quatre technologies principales s’ajoutent deux métiers support que sont la fabrication de moules et d’outillages et la compatibilité électromagnétique au niveau des absorbants hyper fréquences et au niveau de la métallisation des plastiques et composites.

Optimisation à tous les niveaux et économie d'énergie

"Ce nouveau site conçu en lean manufacturing nous permet de regrouper les différents métiers que nous exerçons dans l’Eure avec un travail de synergie entre nos différentes technologies et de concentration de notre R&D. Nous optimisons aussi les surfaces, les flux, l’énergie et le travail d'équipes car nous condensons sur 8 200 mètres carrés ce que nous faisions auparavant sur 12 000 mètres carrés et 4 sites", a expliqué Pierre-Jean Leduc à usinenouvelle.com. Dedienne a par ailleurs opté pour une construction "green" et soigné l’isolation de son bâtiment qui dépasse les exigences de la réglementation thermique 2012. Par ailleurs, les calories issues des process industriels sont réutilisées pour le chauffage, explique Pierre-Jean Leduc.

Le fabricant de pièces plastiques ou composites à très forte valeur ajoutée est aussi implanté à Clamart dans les Hauts-de-Seine (usinage matières plastiques, 30 salariés) et à Gétigné près de Clisson en Loire-Atlantique. Ce site spécialisé dans l’injection plastique (110 salariés) sert essentiellement le secteur automobile. Enfin, Dedienne possède une usine en Roumanie (usinage plastiques et composites) qui emploie 60 salariés.

Le secteur automobile est le premier marché de Dedienne Multiplasturgy Group (40 %), l’aéronautique et la Défense lui assurant 25 % de son chiffre d’affaires, l’électronique, le médical, le transport et les équipements industriels en général représentent 35 %.

L’ambition de Dedienne est de développer l’export (35 % de l’activité aujourd’hui) afin de doubler la part des ventes à l’étranger dans son chiffre d’affaires à l’horizon 2020. "Comme une ETI allemande", précise Pierre-Jean Leduc.

Claire Garnier


©Dedienne Multiplasturgy - Nouveau campus de Saint-Aubin-sur-Gaillon

0 Commentaire

Un site unique pour Dedienne dans l’Eure

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS