Un sénateur guyanais conteste la décision de Nicole Bricq

Le sénateur Georges Patient demande à François Hollande de revenir sur la décision du ministère de l'Environnement de suspendre le permis d'exploration pétrolière en Guyane.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un sénateur guyanais conteste la décision de Nicole Bricq

Depuis l'annonce de Nicole Bricq le 13 juin de suspendre le permis pétrolier de Guyane, les discussions vont bon train entre les industriels et les ministres pour trouver un compromis. Shell, qui dit n'avoir encore reçu aucune notification officielle de la suspension de son permis, espère trouver une solution pour poursuivre son opération. La position du gouvernement pourrait même évoluer prochainement, à en croire certaines parties prenantes.

Si ces négociations se passent en toute discrétion, le sénateur PS de Guyane, Georges Patient, a quant à lui décidé de se faire entendre. Il demande l'arbitrage du Président de la République François Hollande pour revenir sur la décision "trop précipitée" de sa ministre de l'Environnement, du développement durable et de l'énergie.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Sans minimiser la nécessité de prendre en compte les risques environnementaux, le sénateur rappelle les engagements du nouveau Président de la république pendant la campagne électorale. Il avait promis le versement d'une large partie de la fiscalité tirée du pétrole au département d'outre-mer touché par un très fort taux de chômage. Le sénateur ajoute que "la Guyane doit cesser d'être, une fois de plus, une monnaie d'échange".

En effet, le gouvernement traite aussi avec Shell sur le sujet de la dette environnementale de la raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime). Le pétrolier anglo-néerlandais a revendu en 2008 cette installation à Petroplus, désormais en faillite. La reprise du site est compliquée par le coût de sa dépollution, évaluée à 300 millions d'euros … Une somme dont personne ne souhaite s'acquitter.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS