Un salon, des chiffres et des lettres dans l’auto

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un salon, des chiffres et des lettres dans l’auto

Salon de Genève

On ne pouvait pas le rater cette semaine. Qui donc ? Le salon de l’auto de Genève. Au Palexpo, les constructeurs ont proposé tous leurs derniers bijoux destinés à les faire résister à la baisse du marché à l’avenir. Et ils sont tous au rendez-vous. Ils en ont aussi profité pour annoncer des partenariats comme Renault avec Schindler ou Europcar ou au contraire de mettre un terme à des négociations comme son concurrent PSA. Le rapprochement avec Mitsubishi ne se fera pas. La marque Peugeot elle a expliqué qu’elle ne renonçait pas au haut de gamme, en lançant son nouveau prototype 5 by Peugeot. La marque low cost de Renault, Dacia, va elle être lancée en 2012 au Royaume-Uni. et va lancer aussi un nouveau modèle le Duster. Evidemment il y a eu tout un défilé de nouveaux modèles, avec des premières mondiales et européennes.

Le salon a été placé, comme beaucoup de salons de ce type avant, sous l’angle des véhicules verts. Certains constructeurs ont communiqué sur de nouvelles coopérations dans le domaine de l’électrique comme Daimler et BYD, qui veulent développer un véhicule ensemble L’électrique au cœur des préoccupations de chacun des constructeurs. Volkswagen a relancé la compétition au meilleur constructeur dans le domaine, en annonçant son objectif d’être leader dans le véhicule électrique. Le tout grâce à trois modèles lancés en 2013.

Electrique, oui mais pas pour tous… Honda lui mise sur l’hybride plutôt. Tout comme la marque de luxe Ferrari qui a présenté son nouveau modèle hybride. Reste que globalement tout le monde s’y met.

Le salon de l’auto, c’est aussi l’occasion pour les patrons de dire tout haut ce qu’ils pensent depuis longtemps. A l’instar de Philippe Varin et Carlos Ghosn, qui protestent contre un nombre de taxes trop important en France. General Motors de son côté en a profité pour répondre aux Etats européens qui réclamaient une plus grande implication de sa part dans le dossier Opel. Il a dit être prêt à tripler son aide dans sa filiale européenne. De quoi permettre à Opel de retrouver le chemin de la rentabilité dès 2012. Quant à l’Alliance Renault-Nissan, elle a profité du salon pour réaffirmer sa volonté d’investir davantage en Russie en soutenant par exemple le constructeur local Avtovaz. Ils visent à eux trois 40% du marché russe.

Le mot de la semaine

Le mot rappel ne quitte plus l’actualité. La palme est revenue cette semaine à General Motors qui a rappelé 1,3 million de véhicules en Amérique du Nord. Le même constructeur explique que ses problèmes viennent directement d’un sous-traitant Jtekt, fournisseur de…Toyota. Reste que le japonais n’est plus seul dans la tourmente au Japon car trois de ses compatriotes ont dû eux aussi rappeler des véhicules en masse. Dont Nissan, avec plus de 500 000 voitures rappelées. Et Suzuki, et Chrysler sont aussi dans la tourmente. Effet contagion ou véritable contamination ? La question reste en suspens.

Les chiffres de la semaine

Des chiffres, il y en a eu cette semaine. D’abord ceux des ventes automobiles dans différents pays pour le mois de février. A commencer en France, où le bond est encore important malgré la baisse de la prime à la casse. Merci aux commandes 2009 ! Même phénomène en Italie d’ailleurs. Mais du côté des Etats-Unis les chiffres sont beaucoup moins bons, sauf pour Ford peut-être qui passe en tête devant GM. Toujours concernant les marchés, dans l’Union européenne cette fois, les ventes de véhicules utilitaires ont marqué le pas en janvier en reculant de plus de 12%.

Un autre chiffre négatif cette semaine, la baisse du bénéfice de Volkswagen. La chute est importante : -80%. Reste un dernier chiffre intéressant : celui de la location de la future voiture électrique de Peugeot, la iOn. Le constructeur devrait la louer pour moins de 500 euros par mois.

La vie dans les entreprises

Dans les entreprises automobiles, ça bouge. Dans les directions déjà. Chez GM, une directrice quitte le constructeur mondialement connu pour une start-up pour batteries située en Californie. En France, Renault accueille Laurence Dors, comme directrice déléguée auprès de la présidence. Elle était auparavant chez EADS. Chez BMW France, on a nommé un nouveau monsieur moibilité, en la personne de Jean-Michel Cavret.

Ça bouge aussi à l’intérieur des entreprises. Par exemple, chez GM Strasbourg, on augmente les cadences. Toujours chez GM, mais cette fois au siège, on hésite sur le futur d’Hummer. Le constructeur américain avait bien annoncé vouloir jeter la marque aux oubliettes, mais finalement il serait en négociations avec d’anciens candidats à la reprise. Chez Rieter Automotive, on demande aux salariés d’être présents 40 heures.

Mais les plus belles tergiversations viennent encore du dossier Heuliez. Alors que le ministre de l’industrie a annoncé avoir trouvé un repreneur turc, Louis Petiet de BKC a enfin renoncé à s’accrocher indéfiniment au dossier Heuliez. Le constructeur de voitures électriques a peut-être un avenir…en tout cas il y croit. Il vient de présenter un tout nouveau modèle au salon de Genève.

0 Commentaire

Un salon, des chiffres et des lettres dans l’auto

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS