Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Un salarié sur deux de STMicroelectronics touchera la "prime Macron"

Ridha Loukil ,

Publié le

Le fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics va attribuer une prime exceptionnelle de soutien au pouvoir d’achat de 150 à 800 euros selon la tranche de salaire, ce qui concerne environ la moitié des 10 300 salariés en France. Elle vient s’ajouter à une prime d’intéressement de 2 831 à 3 081 euros pour tous les salariés dans l’Hexagone. L’accord entre direction et syndicats sera signé le 15 mars prochain.  

Un salarié sur deux de STMicroelectronics touchera la prime Macron
Site de STMicroelectronics à Grenoble
© STMicroelectronics

La direction de STMicroelectronics et deux des trois syndicats représentatifs, CFDT et CFE-CGC,  ont fini par trouver un terrain d’entente au sujet de la prime exceptionnelle de soutien au pouvoir d’achat, connue sous le nom de "prime Macron". L’accord va être signé à Rousset le 15 mars prochain. La CFDT et la CFC-CGC, qui représentent ensemble 70% des salariés, vont le signer. Mais pas la CGT, troisième syndicat représentatif dans l’entreprise avec 30%. Il préfère attendre de consulter les salariés avant de se positionner sur la question.

Extension de la prime à une 4ème tranche de salaires

Jusqu’ici, la direction proposait de verser une prime de 800 euros pour les salaires annuels bruts de moins de 25 000 euros, de 500 euros pour la tranche de 25 à 35 000 euros et 300 euros pour la tranche de 35 à 40 000 euros. Une offre rejetée par les syndicats. Lors de la Commission d’évaluation de l’intéressement, le 13 mars dernier, avec la CFDT et la CFE-CGE, les deux syndicats signataires de l'accord d'intéressement, elle a accepté de prendre en compte les revendications des organisations syndicales en ajoutant une prime de 150 euros à la tranche de 40 à 45 000 euros. Selon Eric Potard, délégué CFDT, cela permet d’étendre la prime à environ la moitié des 10 300 salariés du groupe en France, soit environ 5 000 salariés, alors que l’offre précédente ne touchait que 3 800 à 4 000 salariés.

Cet amendement a été important pour convaincre la CFDT et la CFE-CGC. Mais ce qui a été décisif c’est le montant de l’intéressement qui va être versé cette année. Tous les salariés vont toucher un intéressement de base de 1 262 à 2 002 euros selon la tranche de salaire. Un montant auquel vient s’ajoute un abondement de 528 à 713 euros si l’intéressement est investi et bloqué pendant 5 ans, et un supplément d’intéressement de 170 à 270 euros. Au total, cela fait un intéressement de 2 031 à 3 081 euros selon la tranche de salaire. C’est le montant d'intéressement le plus élevé jamais versé depuis 2000, selon CFDT. En 2018, le montant était d’environ 2 000 euros pour tout le monde. La CGT n'est pas de cet avis. "Nous sommes déçus par le montant de l'intéressement de cette année, confie à L'Usine Nouvelle Marc Leroux, délégué CGT. Ce n'est pas à la hauteur des bénéfices en 2018."

Beaux résultats financiers en 2018

Cette augmentation reflète les bons résultats financiers engrangés par le groupe en 2018 avec une augmentation de 15,8% du chiffre d’affaires à 9,66 milliards de dollars, de 40 % du bénéfice d’exploitation à 1,4 milliard de dollars et de 60 % du bénéfice net à 1,3 milliard de dollars. Des performances auxquelles les usines françaises de l’entreprise ont largement contribué selon le président du directoire et directeur général de l’entreprise Jean-Marc Chéry.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle