Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Un routeur à l’origine du bug de la ligne 1 du métro parisien

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

La panne du métro automatique sur la ligne La Défense - Château de Vincennes n’a pas encore livré tous ses secrets. Une expertise est en cours, mais le coupable est tout désigné : le routeur de la porte de Vincennes. Explications.

 

Vendredi 22 janvier à 16h52, la ligne 1 du métro parisien s’arrête subitement. La plus grosse panne jamais enregistrée sur un métro automatique en France - et peut-être même au monde, selon la RATP -  vient de débuter.

Cette ligne qui traverse Paris d’est en ouest, de Château de Vincennes à la Défense, transporte 750 000 voyageurs par jour. Ce fut la première ligne traditionnelle à être transformée en ligne automatique en cours d’exploitation. L’avantage est de pouvoir faire circuler des rames toutes les 85 secondes, "l’intervalle le plus court au monde", selon la régie.

Quand le métro s’est arrêté à cette heure de grande affluence, 41 rames étaient en circulation, dont une quinzaine entre deux stations, c’est-à-dire dans les tunnels. Pour la première fois depuis 1998 et le lancement du premier métro automatique parisien, un incident affecte toute la ligne.

"L’origine de la panne provient d’un routeur situé à la station Porte de Vincennes, qui a émis un certain nombre d’informations incohérentes. Cela a entraîné la perte de liaison du poste de commandement centralisé jusqu’aux rames. Par sécurité, le trafic est arrêté et le courant coupé, explique Philippe Martin, directeur général adjoint transport et maintenance à la RATP. Comme d’habitude, on essaie de relancer le système. Et au bout de 45 minutes, nous décrétons l’évacuation. De toute façon, il y avait des personnes sur les voies. Aidés par les pompiers, nous n’avons pas enregistré d’incident. Mais le dernier voyageur n’est remonté qu’à 19 heures 30."

Recharger les batteries et tester les rames pendant deux heures

Comment expliquer ensuite que les trains n’aient pu redémarrer en exploitation que le lendemain matin à 8 heures 30 ? "Il a fallu revoir un certain nombre d’équipements en station et recharger les batteries de certains trains qui étaient à plat. Pour remettre le courant, c’est indispensable", précise-t-on à la RATP. Chaque rame est équipée de batteries nécessaires pour maintenir éclairage, ventilation, annonces... Ensuite, la RATP a fait tourner l’ensemble des trains samedi matin pendant deux heures pour les tester avant de remettre la ligne en service.

Reste à comprendre la panne. Pourquoi ce bug sur un routeur, qui plus est dédoublé, comme tous les routeurs de la ligne ? La RATP fait expertiser cet élément avec ces partenaires Siemens, Spie et Cisco, qui a fourni les routeurs. Une expertise qui prendra encore quelques jours pour savoir si cet incident provient du hardware ou du software. La RATP et ses partenaires vont revoir l’architecture du système pour pouvoir contourner un routeur dans ce type de situation.

Selon la direction de la RATP, cet incident ne doit pas remettre en cause le principe des lignes automatisées, qui ont les meilleurs résultats en termes de régularité et de fréquences, affirme la régie. "Pour les nouvelles lignes, le métro automatique est aujourd’hui la norme", rappelle Philippe Martin. La ligne 4 sera également automatisée en 2022 et le futur métro du Grand Paris roulera aussi sans conducteur.

Olivier Cognasse

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle