Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Un recours déposé contre le PSE de Catalent France Limoges

, , , ,

Publié le

Le plan de sauvegarde de l'emploi de Catalent France Limoges (Haute-Vienne) qui concerne 74 salariés sur 220 a fait l'objet d'un recours déposé, le 5 janvier, par la CFDT chimie au tribunal administratif.

Un recours déposé contre le PSE de Catalent France Limoges © Catalent

En cours depuis juillet 2014, le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de l'unique filiale française du groupe pharmaceutique américain Catalent devait être effectif en mars 2015 après les négociations légales auxquelles avaient participé les représentants FO et CGT. L'usine de Limoges (Haute-Vienne) a décidé de réduire ses effectifs suite à la perte d'un marché concernant des poches d'alimentation pour intraveineuses.

"Le PSE a été validé et le représentant de la CFDT ne nous a même pas informés de son intention de déposer un recours, déplore Jacques Morlon, le secrétaire du comité d'entreprise. Le PSE fait suite à la défection d'un donneur d'ordre, un laboratoire qui nous confiait la fabrication de ses poches. En 2012, il nous avait annoncé qu'il construirait une usine pour fabriquer ses propres poches, retirant ainsi les trois quarts de la production assurée par notre usine. Il n'y a plus suffisamment d’activité pour maintenir les emplois. Cependant, sur les 74 licenciements prévus, trente et un reclassements en interne avaient été obtenus après négociations."

Les premières notifications de départs sont prévues le 1er mars, une seconde vague de départs est programmée le 2 mai suite à la validation du plan de sauvegarde de l'emploi par la Direccte mi-novembre. La CFDT n'avait pas participé aux négociations faute de représentant CFDT. Nommé en septembre, ce dernier disposait d'un délai de deux mois pour se prononcer sur le PSE.

En activité depuis 2001, Catalent France Limoges a réalisé un chiffre d'affaires de 46,3 millions d’euros en 2013.

Corinne Mérigaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle