Un rapport commandé par Nicolas Hulot suggère la construction de 6 EPR après 2025

Le 30 août, Les Échos ont révélé l'existence d'un rapport sur le nucléaire commandé par le ministre de l'Économie et l'ex-ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qui a démissionné le 28 août. Le document défend la construction de 6 réacteurs nucléaires EPR à partir de 2025.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un rapport commandé par Nicolas Hulot suggère la construction de 6 EPR après 2025
Le dôme de l'EPR de Flamanville (Manche), lors des travaux de construction en juin 2010.

"On ne ne peut pas arrêter de construire", c'est la conclusion principale de ce rapport sur le nucléaire commandé par le ministère de l'Économie et le ministère de la Transition écologique et solidaire, lorsqu'il était encore occupé par Nicolas Hulot. L'existence du document a été révélée le jeudi 30 août dans Les Échos. Si le titre du texte n'est pas révélé, la lettre de mission des deux ministres concerne "le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs".

Après le rapport Pompili et ses critiques sur la sûreté des sites nucléaires français, cette nouvelle étude a de quoi attirer l'attention. Surtout après la démission explosive de Nicolas Hulot, le mardi 28 août. Lorsqu'il a annoncé sa décision au micro de France Inter, l'ex-ministre de la Transition écologique et solidaire fustigeait l'énergie nucléaire en parlant d'une "folie inutile économique, techniquement, dans laquelle on s'entête".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le rapport commandé par Nicolas Hulot et Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, suggère la construction de six réacteurs nucléaires EPR à partir de 2025. Les travaux du premier EPR commenceraient en 2025 pour un démarrage en 2035 selon ce document. Le chantier du deuxième EPR débuterait deux ans après le premier, en 2027, et ainsi de suite pour l'ensemble de ces six réacteurs hypothétiques.

Un rapport qui sera examiné dans le cadre de la PPE

Cette étude devrait être reçue avec méfiance par les opposants de l'énergie nucléaire. Parmi ses auteurs, pour les volets militaire et civil du document, nous retrouvons deux proches de la filière : Laurent Collet-Billon, ancien délégué général à l'Armement et Yannick d'Escatha, ex-administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique et maintenant conseiller du PDG d'EDF. Les conclusions vont également relativement dans le sens d'EDF qui travaille au démarrage de l'EPR de Flamanville (Manche) et qui défend la construction rapide d'un deuxième EPR.

Le document devrait être examiné par le gouvernement dans le cadre de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Le rapport sur la PPE doit quant à lui être présenté à l'automne 2018, initialement attendu pour septembre.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS