Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Un projet de véhicule supplémentaire pour l'usine PSA de La Janais à Chartres-de-Bretagne

, , , ,

Publié le

La direction du site PSA Rennes La Janais de Chartres-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) vient d'informer les membres du comité d'entreprise qu'elle travaillait à un avant- projet de nouveau véhicule. Ce qui permettrait à cette usine d'atteindre une production de 100 000 voitures par an. La décision définitive sera prise en juin.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer


Crédit D.R. - Site PSA Rennes La Janais

La direction de l'usine PSA Rennes La Janais à Chartres-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) vient de préciser aux membres de son comité d'entreprise qu'elle a été sollicitée par la direction générale du groupe afin d'élaborer un avant-projet pour déterminer si le site breton est à même d'accueillir un véhicule supplémentaire. "La réponse définitive sera connue en juin prochain. Il faut évidemment que nous présentions un dossier économiquement viable", indique-t-on à la direction de PSA Rennes La Janais.

S'il est retenu, des investissements seront effectués pour un montant non encore connu à ce jour. D'après les syndicats, la voiture en question serait un modèle Citroën de type SUV (sport utility vehicle) dont une partie de la production sera aussi réalisée à l'étranger, dans un pays dont le nom n'a pas été communiqué. "Rien d'autre n'a filtré sur cette annonce. Si elle se concrétise, nous espérons pérenniser les emplois et atteindre une production annuelle de 100 000 véhicules", précise Noël Alix, le délégué CGT.

95 millions d'euros pour la remplaçante de la C5 de Citroën

Actuellement, le site rennais produit 65 000 voitures par an avec une équipe composée de 2 400 salariés. L'usine emploie plus de 4 000 personnes, mais plusieurs centaines sont détachées sur d'autres implantations du constructeur et plus d'un millier sont en pré-retraite. En 2018, il est d'ores et déjà acquis que Rennes accueillera le montage d'un autre nouveau modèle (nom de code P87) devant remplacer la C5 de Citroën. Le groupe investit actuellement 95 millions d'euros sur le site breton pour ce modèle "qui ne suffira pas à atteindre les 100 000 véhicules par an. Nous avons toujours dit qu'il nous faudrait un autre modèle", ne cesse de répéter Noël Alix.

L'usine rennaise, qui employait plus de 12 000 personnes il y a une décennie, vient de démarrer la production de la e-Méhari, un cabriolet électrique de quatre places né d'un accord entre le groupe Bolloré et PSA. Une dizaine d'unités par jour commencent à sortir de la ligne mise en place qui emploie une petite équipe composée d'une trentaine de salariés. Il n'est pas exclu que Bolloré puisse confier à l'unité rennaise un ou plusieurs autres de ses prochains véhicules.

Stanislas du Guerny

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle