Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Un projet de licenciement de 43 salariés qui passe mal chez Délifrance

, , ,

Publié le

L'usine Délifrance basée à Landevant (Morbihan) fabrique des produits traiteurs et de pâtisserie, elle emploie 330 personnes. La direction envisage un plan social portant sur 43 postes de travail. Le personnel est en grève depuis cinq jours.

Un projet de licenciement de 43 salariés qui passe mal chez Délifrance © Menissez

L’usine Délifrance située à Landevant (Morbihan), filiale du groupe Nutrixo (Grands Moulins de Paris) est spécialisée dans les produits traiteurs et les pâtisseries. Elle devrait perdre 43 postes de travail sur un total de 330 emplois en CDI auxquels s'ajoutent une centaine de contrats intérimaires.

Les négociations concernant ce plan de sauvegarde de l'emploi ont démarré le 7 novembre 2013, mais le personnel et les syndicats sont très remontés et ont encore manifesté le 4 décembre devant les locaux de la préfecture du Morbihan à Vannes pour protester contre ce projet.

Une partie importante du personnel étant en grève, l'usine ne fonctionne plus depuis six jours. Dans le contexte actuel de crise dans l'agroalimentaire, les salariés et les syndicats de Délifrance se disent très inquiets pour le personnel qui risque d'être licencié. Ils réclament des conditions financières meilleures.

Les négociations sont rompues avec la direction de Délifrance qui a proposé des possibilités de reclassement notamment au siège de Délifrance à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

A ce projet de plan social, correspond, selon le sénateur du Morbihan Michel Le Scouarnec qui connait bien le dossier car il est élu de ce secteur, des problèmes d'amendes à l'encontre de Nutrixo, l'actionnaire de Délifrance. Comme plusieurs autres meuniers, il est visé dans le cadre d'ententes sur le prix de la farine entre l'Allemagne et la France.

L'entreprise doit honorer, toujours selon le sénateur,  une amende de 80 millions d'euros ce qui pèse sur sa rentabilité et l'oblige à se restructurer. Michel Le Scouarnec a écrit en octobre à Guillaume Garot, le ministre délégué à l'Agroalimentaire, afin d'évoquer ce sujet.

La société Délifrance qui ne souhaite pas communiquer, réalise un chiffre d'affaires annuel de 530 millions d'euros. Plusieurs autres de ses sites risquent d'être touchés par une éventuelle restructuration, notamment celui de Fougères (Ille-et-Vilaine), mais ce n'est pas confirmé à ce jour.

Stanislas du Guerny
 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle