Un projet de licenciement de 43 salariés qui passe mal chez Délifrance

L'usine Délifrance basée à Landevant (Morbihan) fabrique des produits traiteurs et de pâtisserie, elle emploie 330 personnes. La direction envisage un plan social portant sur 43 postes de travail. Le personnel est en grève depuis cinq jours.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un projet de licenciement de 43 salariés qui passe mal chez Délifrance

L’usine Délifrance située à Landevant (Morbihan), filiale du groupe Nutrixo (Grands Moulins de Paris) est spécialisée dans les produits traiteurs et les pâtisseries. Elle devrait perdre 43 postes de travail sur un total de 330 emplois en CDI auxquels s'ajoutent une centaine de contrats intérimaires.

Les négociations concernant ce plan de sauvegarde de l'emploi ont démarré le 7 novembre 2013, mais le personnel et les syndicats sont très remontés et ont encore manifesté le 4 décembre devant les locaux de la préfecture du Morbihan à Vannes pour protester contre ce projet.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une partie importante du personnel étant en grève, l'usine ne fonctionne plus depuis six jours. Dans le contexte actuel de crise dans l'agroalimentaire, les salariés et les syndicats de Délifrance se disent très inquiets pour le personnel qui risque d'être licencié. Ils réclament des conditions financières meilleures.

Les négociations sont rompues avec la direction de Délifrance qui a proposé des possibilités de reclassement notamment au siège de Délifrance à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

A ce projet de plan social, correspond, selon le sénateur du Morbihan Michel Le Scouarnec qui connait bien le dossier car il est élu de ce secteur, des problèmes d'amendes à l'encontre de Nutrixo, l'actionnaire de Délifrance. Comme plusieurs autres meuniers, il est visé dans le cadre d'ententes sur le prix de la farine entre l'Allemagne et la France.

L'entreprise doit honorer, toujours selon le sénateur, une amende de 80 millions d'euros ce qui pèse sur sa rentabilité et l'oblige à se restructurer. Michel Le Scouarnec a écrit en octobre à Guillaume Garot, le ministre délégué à l'Agroalimentaire, afin d'évoquer ce sujet.

La société Délifrance qui ne souhaite pas communiquer, réalise un chiffre d'affaires annuel de 530 millions d'euros. Plusieurs autres de ses sites risquent d'être touchés par une éventuelle restructuration, notamment celui de Fougères (Ille-et-Vilaine), mais ce n'est pas confirmé à ce jour.

Stanislas du Guerny

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS