Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Un premier hôtel flottant made in France sur les quais de Seine à Paris

Pierre Monnier ,

Publié le

Installé depuis le mois de novembre 2015 sur le quai Austerlitz, à Paris, le premier hôtel flottant made in France vient d’ouvrir ses portes. Mais avant de prendre place au bord de la Seine, le navire a dû remonter la Seine depuis son port de fabrication, Dieppe.

Un premier hôtel flottant made in France sur les quais de Seine à Paris © OFF Paris Seine

Lorsque la mairie de Paris a lancé un appel à projet pour animer les bords de Seine, en 2013, elle ne s’attendait pas à recevoir un tel dossier. Christophe Gallineau, à la tête de Citysurfing, imagine avec l’architecte et président de Seine Design, Gérard Ronzatti, le concept d’un hôtel flottant. Cette idée, jamais réalisée en France, séduit la mairie qui sélectionne le projet.

Une construction 100% françaises

Après une année de développement, notamment pour assurer une stabilité maximale au bateau de 80 mètres de long et 18 mètres de large, la construction est confiée à un ensemble d’entreprises françaises. Une volonté partagée par les deux hommes à la tête du projet. "Sur chacun de nos bâtiments, nous travaillons avec des entreprises locales", explique l’architecte Gérard Ronzatti. "Nous avons repensé la supply chain, afin de trouver des collaborateurs principalement situés près de la Seine", ajoute Christophe Gallineau.

Les chantiers normands MIM (Manche Industrie Marine) ont débuté les travaux à Dieppe (Seine-Maritime) au début 2015. "Au-delà de proposer la meilleure offre, MIM était l’un des seuls à pouvoir fabriquer une telle structure dans la Vallée de la Seine", précise le président de Citysurfing. Sur place, une trentaine de personnes ont été exclusivement dédiées à la construction des deux coques du "Off Paris Seine". Il aura fallu 2 500 heures de travail pour terminer la structure de l’hôtel flottant.


Une suite du OFF Paris Seine.

Le bâtiment a ensuite été remorqué jusqu’à Rouen. C’est là que les entreprises françaises se sont relayées pendant cinq mois pour terminer le navire : Euromodules pour les installations, le groupe Roches pour l’agencement, Paumier Marine pour la ventilation, Barillec Marine pour l’électricité et ACPI pour les menuiseries.

Un projet à 11 millions d’euros

Les travaux terminés, l’hôtel flottant de 800 tonnes a poursuivi sa remontée de la Seine. Fin novembre, le "Off Paris Seine" est arrivé sur le quai Austerlitz à Paris (XIIIe). Le bâtiment est resté sur place six mois pour être raccordé à l’eau courante et l’électricité avant son ouverture. "L’occasion de réaliser un test grandeur nature", lors des crues de début juin, souligne l’architecte de Seine Design. Cette éventualité avait été envisagée dès la conception avec des analyses géographiques et techniques.

Il est désormais possible de réserver une des 54 chambres et 4 suites du trois étoiles géré par Elegancia Hotels. Pour des nuits allant de 150 à 450 euros, les premiers clients ont dormi le 23 juin dans l’unique hôtel flottant de France, l’un des premiers en Europe. Ils pourront bénéficier d'une piscine, de deux restaurants mais également d'un solarium et d'une terrasse de 400 m². Au total, la fabrication du "Off Paris Seine" a nécessité 11 millions d'euros et permettra l'emploi de 35 personnes en CDI, dont 10 en cuisine.


L'une des 54 chambres de l'OFF Paris Seine.

Vers une usine flottante ?

Gérard Ronzatti n’en est pas à son coup d’essai. Depuis 30 ans, l’architecte conçoit des bâtiments flottant dans les villes du monde entier. Bien qu’il ait réalisé un hôpital de jour psychiatrique sur la Seine, quai de la Rapée à Paris, il avoue que l’hôtel a été "le plus compliqué" de ses projets. "Il faut que tout soit irréprochable car le plus petit des défauts peut être prétexte au remboursement de la chambre", détaille le président de Seine Design.

Pour lui, l’idée de construire une usine flottante est loin d’être farfelue. Cela serait même logique pour Gérard Ronzatti au vue du passé. "Les usines étaient construites aux abords des fleuves pour permettre de se servir de l’énergie du courant à l’aide de moulin. Il y a donc une grande pertinence, au vue des besoins, de bâtir des usines flottantes." Mais pour le moment, aucun projet de ce type n’est à l’étude.

Pierre Monnier

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle