Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Un plan d’action pour que l'électronique française passe à l’industrie du futur

Ridha Loukil

Publié le

L’association « We Network », qui fédère la filière électronique dans le Grand Ouest, lance un appel à manifestions d’intérêt. Objectif : construire un plan d’action national pour faire entrer l’électronique française dans l’industrie du futur.

Un plan d’action pour que l'électronique française passe à l’industrie du futur
Vincent Bedouin, président de We Network et patron du groupe Lacroix
© We Network

L’industrie du futur, c’est l’avenir de l’électronique française. Vincent Bedouin, président du directoire du groupe Lacroix et président de « We Network », l’association qui fédère la filière électronique dans le Grand Ouest, en est convaincu. Et pour mettre ses actes en accord avec ses pensées, il prend l’initiative de lancer un appel à manifestations sur l’industrie du futur. Il se donne 100 jours pour construire avec tous les acteurs des filières électroniques et numériques en France un plan d’action national, et demain européen, sur le sujet. L’appel est ouvert jusqu’au 14 juillet 2017 à partir du site de We Network. L’objectif est ambitieux : inscrire la France à l’avant-garde dans les technologies intelligentes de production pour développer l’innovation et la création d’emplois.

Se hisser aux avant-postes de l'électronique mondiale

La Ville d’Angers se prépare à accueillir pour la première fois le World Electronics Forum (WEF), évènement mondial de l’électronique, du 24 au 28 octobre 2017. « Le WEF est déjà un booster pour la filière de production électronique des Pays de la Loire que nous animons, avec en toile de fond la révolution des objets connectés, explique Vincent Bedouin dans le communiqué de We Network. Et cela va encore plus loin, nous en sommes intimement convaincus : France is back ! Pour nous, c’est plus qu’une conviction, c’est aussi un plan d’action que nous allons construire jusqu’au WEF avec toutes les expertises de l’électronique et du numérique en France. C’est une étape formidable qui nous positionne pour l’avenir aux avant-postes de l’électronique mondiale ».

Selon We Network, la filière électronique française compte environ 200 000 emplois, dont un quart dans le Grand Ouest. L’association a été créée en janvier 2014 à l’initiative de Paul Raguin, président du sous-traitant électronique Eolane, pour fédérer les acteurs de l’électronique du Grand Ouest, mettre en contact entreprises et labos de recherche, et aider les start-up à réaliser leurs projets d’objets connectés et intelligents. Le but est aussi de transformer la filière par l’industrie du futur pour la rendre plus compétitive et lutter contre les délocalisations de la production.

Robotisation des tâches manuelles à faible valeur ajoutée

Le Syndicat national des entreprises de sous-traitance électronique (SNESE), qui représente près de 400 entreprises, est, lui aussi, convaincu de l’intérêt de l’industrie du futur pour l’avenir de la filière de production en France. Il mise sur l’élévation des compétences et la robotisation des tâches à faible valeur ajoutée pour gagner en compétitivité et lutter contre les délocalisations de la production.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle