Un nouvel homme fort désigné chez Servier

Porté par son internationalisation, le laboratoire pharmaceutique Servier a vu ses ventes croître de 6% l’an dernier. Et fait émerger un nouvel homme fort : le directeur financier Olivier Laureau, chargé de coordonner le comité de direction.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un nouvel homme fort désigné chez Servier

Dimanche 9 février, Jacques Servier a fêté ses 92 ans. Le président et fondateur du laboratoire pharmaceutique éponyme en a profité pour désigner un nouvel homme fort : Olivier Laureau. Ce dernier, déjà en charge des finances et des systèmes d’information du groupe, ne reprend pas le poste de Jean-Philippe Seta, le "président opérationnel" brusquement remercié par Jacques Servier en octobre dernier.

Il se voit confier la préparation des séances du comité de direction, afin d’"assumer la coordination et la pré-validation des projets stratégiques et opérationnels, en liaison avec les directeurs concernés", précise le courrier envoyé en interne par Jacques Servier. Faut-il y voir l’intronisation d’un nouveau dauphin ? Chez le deuxième laboratoire pharmaceutique indépendant de l’Hexagone, on se refuse à toute confirmation.

La Russie, premier marché devant la France

Reste que le directeur financier prend du galon dans une période encore fastueuse pour le groupe. Certes, l’affaire Mediator a terni sa réputation en France. Elle est d’ailleurs loin d’être réglée sur le plan judiciaire, avec la tenue de procès à venir, tandis que le laboratoire poursuit au cas par cas les indemnisations de victimes reconnues par un collège indépendant, l’Oniam.

Mais Servier peut compter sur sa forte présence à l’international pour doper ses ventes. D’où un chiffre d'affaires 2013 consolidé de 4,2 milliards d’euros, en croissance de 6% (7,5% hors effet de change). Au cours de l’exercice, la Russie est devenue le premier marché du groupe devant la France, avec 470 millions d’euros !

Trois filiales génériques en forte croissance

Près des trois quarts des ventes - 3 milliards d’euros - proviennent des médicaments brevetés (dits princeps) du groupe, en croissance de 2%. Il s’agit principalement de traitements du diabète, comme Diamicron, ou des maladies cardio-vasculaires, tel Vastarel. "Ces médicaments sont à 92% consommés en dehors de la France", précise Pierre Andriot, directeur des comptes du groupe. Ce qui permet au groupe de "réaliser 1,44 milliard d’excédent commercial, soit 35% de l’excédent de la balance commerciale de l’industrie pharmaceutique française !" Car 90% des principes actifs et 40% de ces traitements sont encore produits en France par Servier.

Le reste du chiffre d'affaires est quant à lui réalisé par les trois filiales de médicaments génériques du groupe, en croissance de 15% : Biogaran en France, Egis en Europe de l’Est et Pharlab au Brésil.

La R&D, coûteux talon d’Achille

En 2013, le résultat net de l’ensemble consolidé s’est stabilisé à 324 millions d’euros, soit 7,8% du chiffre d'affaires. "Ce taux est certes inférieur aux grands laboratoires mondiaux, du fait notamment d’un investissement en R&D (de 840 millions d’euros, ndlr) qui est vraiment la priorité de notre groupe et se trouve proportionnellement beaucoup plus élevé que chez nos concurrents", estime Pierre Andriot. Mais il "permet quand même de maintenir l’autofinancement du groupe (…), car les bénéfices ont toujours été réinvestis en totalité dans l’entreprise."

"Notre priorité reste la recherche de médicaments innovants, insiste Lucy Vincent, directrice des opérations extérieures. Il n’y a pas de distribution de dividendes : ni à M. Servier, ni à personne d’autre !" Investir pour l’avenir, c’est effectivement le défi du laboratoire francilien. Certes, 2013 a été tirée par la croissance de 21% de son dernier médicament dans le cardiovasculaire, le Procoralan, qui pourrait être lancé prochainement lancé aux Etats-Unis par le partenaire américain Amgen. Mais Servier risque de voir cette année 3% de ses ventes disparaître avec le probable retrait du marché européen du Protelos. Un traitement de l’ostéoporose jugé trop dangereux par les autorités sanitaires, qui doivent se prononcer définitivement la semaine prochaine.

Gaëlle Fleitour

Trouver les médicaments de demain, le défi de Servier
Chez Servier, 27,8% du chiffre d'affaires des médicaments brevetés (dits princeps) sont réinvestis dans la R&D. Un niveau important, car l’enjeu est de taille. Le laboratoire français dispose de 14 produits en développement clinique (en essais chez l’homme) mais aucun ne devrait être lancé cette année. Et un seul - un anticorps monoclonal anti-inflammatoire dans la maladie orphéline de Behçet – se trouve en phase finale de développement. Depuis deux ans et demi, le laboratoire multiplie donc les partenariats de recherche avec des centres académiques et des sociétés de biotechnologie. Il a d’ailleurs annoncé ce lundi avoir acquis les droits de développement et de commercialisation (hors Etats-Unis et Asie) d'un anticancéreux découvert par l’américain MacroGenics, qui va entrer en essai clinique.

 

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS