Un mois après la signature de l’accord de compétitivité chez Renault, Tavares fait le bilan

Invité sur BFM Business, Carlos Tavares, le directeur général délégué aux opérations de Renault, est revenu sur l’accord de compétitivité signé par l’entreprise automobile le 13 mars dernier.
 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un mois après la signature de l’accord de compétitivité chez Renault, Tavares fait le bilan

Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations de Renault, est revenu, ce jeudi 11 avril, sur l’accord de compétitivité signé il y a un mois chez Renault. Le numéro 2 de la marque au losange a vanté les mérites du dialogue social qui a permis "la maturité de l’industrie et la compréhension de la situation industrielle, en toute transparence". Cela a permis, selon lui, un "véritable élan de construction commune de la compétitivité".

Carlos Tavares a rappelé que ce sont les acteurs qui créent de la compétitivité au niveau de la région. Nul besoin de délocaliser puisque "80% des voitures vendues en Europe sont construites en Europe", a-t-il affirmé. Il a mis à l’honneur le "talent de la France" et la qualité de recherche des collaborateurs français qui pêchent encore cependant à tous "s’aligner sur un objectif simple" permettant ainsi à une entreprise d'atteindre ses buts. Il a pointé du doigt un problème de communication évident. Pour illustrer ses propos, Carlos Tavares a conclu sur une comparaison sportive, "quand Renault joue collectif, Renault gagne" (voir vidéo ci-dessous).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'accord de compétitivité signé le 13 mars 2013, prévoyait une augmentation de 6,5 % du temps de travail, une refonte des comptes épargne temps, un gel des salaires en 2013 et 7 500 suppressions nettes d'emploi d'ici fin 2016. En contrepartie, Renault s'était engagé à ne procéder à aucune fermeture d'usines en France en leur assurant une activité minimum de 710 000 véhicules par an.

Wassinia Zirar

0 Commentaire

Un mois après la signature de l’accord de compétitivité chez Renault, Tavares fait le bilan

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS