Un laboratoire français mis en cause dans la mort de nourrissons à Chambéry

Des poches de nutriments alimentaires fabriquées par un laboratoire français sont soupçonnées d'être à l'origine du décès de trois nourrissons prématurés à l'hôpital de Chambéry début décembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un laboratoire français mis en cause dans la mort de nourrissons à Chambéry

"Nous savons parfaitement de quel laboratoire il s'agit (...) mais nous ne pouvons pas aujourd'hui incriminer la fabrication ou la composition de ces poches", a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine le 5 janvier à propos du laboratoire français qui pourrait être mis en cause dans le décès de trois nourrissons prématurés à l'hôpital de Chambéry début décembre.

Selon l'AFP, qui cite un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales de 2006, il existe en France deux fabricants de poches parentérales alimentaires du même type que celles utilisées dans le service de néonatologie de l'hôpital de Chambéry : Fasonut (groupe Baxter) et Marette.

La ministre s'est refusée à tout commentaire concernant le laboratoire en question.

"C'est toute la chaîne depuis la fabrication jusqu'à l'administration du contenu des poches qui aujourd'hui fait l'objet d'enquêtes multiples", a-t-elle précisé, rapporte l'AFP.

"Avant la fabrication, il y a la production des composants qui interviennent dans les poches. Ensuite ces poches sont fabriquées, elles sont contrôlées, elles sont transportées, elles sont stockées, elles sont administrées", a-t-elle détaillé.

Confiées à l'Institut Pasteur, les premières analyses sur les poches de nutrition livreront leurs résultats dans quelques jours.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS