L'Usine Santé

Un laboratoire clandestin fabriquant des contrefaçons de produits cosmétiques découvert en France

Publié le

La douane a procédé à la perquisition d'un laboratoire fabriquant en Seine-et-Marne des produits cosmétiques de contrefaçon destinés à l’export.

Un laboratoire clandestin fabriquant des contrefaçons de produits cosmétiques découvert en France © Douane française

Ce sont des dizaines de milliers de produits contrefaits qui ont été découverts par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) lors d’une perquisition. Le laboratoire situé dans le département de la Seine-et-Marne fabriquait d’un côté des produits sous sa propre marque pour l’export et produisait de manière illégale dans un laboratoire clandestin des produits cosmétiques de contrefaçon. Ils imitaient les produits d’une grande marque français vendue en pharmacie. "Il s’agit d’une affaire exceptionnelle et sans précédent non seulement parce qu’il s’agit d’un laboratoire ayant une double activité mais aussi parce que le lieu de fabrication de ces produits cosmétiques se situait sur le territoire national", indique le service des douanes dans un communiqué.

Les agents des douanes ont d’abord découvert, lors d’un premier contrôle, un stock important de contrefaçons et des indications les conduisant à une seconde société, spécialisée dans le stockage et l'expédition, située dans le même département. C’est sur ce second site, qu’ils ont saisi près de 45 000 produits de contrefaçon ainsi qu’un nombre équivalent de conditionnements (des tubes, des flacons, des petits pots, des capsules) destinés à recevoir ces produits. Quelques jours plus tard, des investigations complémentaires ont permis de procéder à un nouveau contrôle dans un autre point de stockage, situé dans le Calvados, où sont découverts près de 17 000 autres produits cosmétiques contrefaits et 50 000 conditionnements vides. 

Selon les services de la douane, le laboratoire aurait exercé cette activité illégale depuis plusieurs années, au moins deux ans. Une enquête judiciaire est désormais en cours pour déterminer les quantités qui ont pu être écoulées pendant ce laps de temps et si des produits contrefaits ont pu être commercialisés en France. Les suites judiciaires ont été confiées au Service national de la douane judiciaire (SNDJ).

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte