Un jeu de construction en métal liquide

Avec une seringue remplie d’un métal liquide à température ambiante, des chercheurs américains tirent des microfils ou empilent des microgouttes pour former des structures 3D stables. Un dispositif qui permettrait notamment de créer des lignes conductrices d’interconnexion dans des circuits électroniques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un jeu de construction en métal liquide

Disons tout de suite le secret de l’opération : le métal utilisé, un alliage de gallium et d’indium, en plus d’être liquide à température ambiante, ce qui permet d’utiliser une seringue pour le mettre en forme, a la particularité de se couvrir d’une très fine couche d’oxyde (1 nanomètre) dès qu’il est au contact de l’air : c’est cette couche qui stabilise la forme donnée au liquide en sortie de la seringue, et permet par exemple d’empiler des gouttes sans qu’elles fusionnent.

Comme cette couche ultra mince n’affecte quasiment pas la conductivité électrique du métal, les structures formées pourraient servir de connexions conductrices dans des circuits électroniques, y compris dans des structures en 3D.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les chercheurs de l’université de Caroline du Nord (Etats-Unis), qui ont mis au point ce procédé, ont montré que l’on pouvait créer des fils (1cm de long, entre 30 et 200 microns de diamètre), des fibres en forme d’arche, un empilement sous forme de tour, un empilement cubique…

Thierry Lucas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS