Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Un Japon sans nucléaire

Ludovic Dupin ,

Publié le

Depuis ce week-end, aucun réacteur nucléaire ne fonctionne dans l’archipel nippon. Une première depuis presque 50 ans.

Un Japon sans nucléaire © Flickr - savo2003 - C.C

Depuis samedi 5 mai à 17h00 heure locale, le Japon ne produit plus un seul KWh d’origine nucléaire. Le dernier réacteur en activité, la tranche 3 de la centrale de la province de Tomari, a été arrêté pour maintenance. Les opérations doivent prendre en théorie 70 jours, mais rien ne prouve que le réacteur puisse être redémarré. L’absence de recours au nucléaire dans le 3e pays le plus nucléarisé au monde, après les Etats-Unis et la France,  est inédit depuis 1965. Avant l’accident de Fukushima, le nucléaire couvrait environ 28 % des besoins du pays, le thermique 63 % (charbon et gaz), l’hydraulique et les renouvelables (9 %).

Les 54 réacteurs de l’archipel, dont les 4 endommagés par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, ont tous été arrêtés. Une douzaine dans les jours suivants l’accident, les autres à l’occasion de leur maintenance programmée tous les 13 mois. Certaines provinces du pays, soutenues par une opinion publiques inquiètes, se sont opposées à leur remise en service.

Arguant d’un risque de pénurie d’électricité pour l’été 2012, période de plus forte consommation dans l’archipel, le gouvernement milite pour relancer les deux réacteurs de la province de Fukui qui ont satisfait aux tests de résistance menés par le pays. Des études montrent que 5 % des besoins électriques  de Tokyo pourrait ne pas être couverts sans recourir à l’atome.

Le Japon avait réussi à passer sans encombre l’été 2011. Mais à cette période le nucléaire couvrait encore environ un dixième des besoins électriques du pays. De plus, la population avait fait d’importants efforts d’économie d’énergie (climatisation, ascenseurs, éclairages…) et surtout les industriels avaient étendu leurs heures de travail tôt le matin, tard le soir, voire le week-end pour soulager le réseau électrique.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle