Un instrument pour lire les livres fermés

Il sera peut-être bientôt inutile de tourner nerveusement les pages d'un roman pour savoir la suite : un instrument développé au MIT propose de voir le contenu des pages suivantes SANS tourner les pages.

Partager
Un instrument pour lire les livres fermés

Personne n'imagine de lire un livre avec un spectroscope térahertz sur l'épaule. Les chercheurs du MIT Media Lab, eux, l'ont fait. Cet instrument leur a permis de déchiffrer les lettres qui figurent sur les pages cachées du livre, sans les tourner. Un exercice qui peut sembler vain, même si l'on est du genre à sauter les pages pour "savoir comment ça finit", mais qui vise à démontrer une possibilité bien plus large : visualiser ce qu'il y a dans les différentes couches d'un matériau constitué d'un empilement, comme un livre est un empilement de feuilles de papier.

Le principe est d'envoyer une onde électromagnétique sur l'objet, de mesurer les réflexions, afin d'en tirer des informations sur les différentes couches rencontrées par l'onde. Les ondes de fréquence de l'ordre du térahertz (10 puissance 12 hertz) conviennent bien pour analyser des couches dont l'épaisseur est inférieure au millimètre. C'est le cas avec les feuilles de papier empilées par les chercheurs, en guise de livre , qui font 0,3 mm d'épaisseur et sont séparées par une couche d'air de 20 microns en moyenne.

Pour l'instant, lecture de 9 feuilles superposées

L'instrument envoie des impulsions d'ondes, et mesure les signaux réfléchis. Les réflexions dues aux couches d'air aident à détecter les différentes pages. Les ondes térahertz permettent de distinguer les caractères d'encre de la page blanche. L'art des chercheurs a consisté à savoir se focaliser sur une page et à en extraire les signaux correspondant aux lettres. Exercice réussi, bien que limité : un caractère lu par feuille, sur un maximum de 9 feuilles empilées. Mais ça marche, sans intervention humaine, et en augmentant la puissance de l'instrument rien n'interdit de lire plus loin.

Le Metropolitan Museum de New-York s'est déclaré intéressé, dans le but d'explorer le contenu de documents anciens – donc fragiles- sans y toucher. Sur le même principe, on voit l'usage qu'en pourrait faire des experts en objets d'art. Et même des industriels, pour explorer par exemple des revêtements sur des pièces mécaniques.

0 Commentaire

Un instrument pour lire les livres fermés

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS