Un institut parisien pour la microfluidique

La recherche sur les techniques, qui permettent de contrôler l’écoulement des fluides à l’échelle du micron aura bientôt un véritable institut en dur : les équipes de l’ESPCI, l’ENS, Chimie ParisTech, et l’Institut Curie, fédérées sous le nom d’Institut Pierre-Gilles de Gennes, auront des laboratoires communs sur 6000 m2, dans le 5e arrondissement de Paris, à partir de l’été 2015.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un institut parisien pour la microfluidique

Paris aura donc son Institut de microfluidique. Les travaux viennent de démarrer - la rénovation de bâtiments existants - et l’installation des chercheurs est prévue dans un an : l’été prochain, les spécialistes de la microfluidique issus de 4 établissements parisiens (ESPCI, ENS, Chimie ParisTech, Institut Curie), qui travaillent déjà ensemble depuis 2011 au sein de l’Institut Pierre-Gilles de Gennes (IPGG), disposeront d’un laboratoire commun. Il sera pourvu notamment d’une plate-forme technologique de fabrication de circuits microfluidiques : "des puces" parcourues de micro canaux qui réalisent par exemple des tâches d’analyse ou de diagnostic.

Pour 14,8 millions d’euros, dont 12 millions de la Ville de Paris, les travaux de rénovation permettront aux chercheurs parisiens - certains sont des pionniers du domaine - d’avoir enfin un outil de recherche digne de ce nom. La microfluidique est déjà un marché de 6 milliards de dollars au niveau mondial, avec notamment des applications dans le diagnostic médical et le séquençage d’ADN. Mais c’est aussi une technologie d’affichage pour des liseuses électroniques…

Les applications potentielles sont encore très larges, de la santé à l’énergie, de l’environnement aux cosmétiques. C’est pourquoi il importe de se placer sans attendre. "La création de cet Institut arrive "'dans les temps', pour que les équipes françaises soient au rendez-vous en termes de recherche, de brevets et de création de start-up ", affirme Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris.

Six start-up sont déjà nées des activités de l’IPGG. Plusieurs autres sont dans les tuyaux. Ce n’est donc pas un hasard si le bâtiment de l’IPGG est aussi destiné à accueillir l’incubateur d’entreprises de l’ESPCI.

Thierry Lucas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS