L'Usine Agro

Un groupe d'actionnaires reprend 24,5% du sucrier marocain Cosumar aux cotés du singapourien Wilmar

,

Publié le

L'opération de cession  de 24,5% du capital de Cosumar est réalisée à la bourse de Casablanca en faveur d’un pool d’une dizaine d'investisseurs financiers et institutionnels. Elle complète une première cession réalisée en avril 2013 de 27,5% du sucrier réalisée par son ancien actionnaire majoritaire la SNI en faveur du groupe singapourien Wilmar.

Un groupe d'actionnaires reprend 24,5% du sucrier marocain Cosumar aux cotés du singapourien Wilmar © dr

Le groupe sucrier marocain Cosumar passe sous le contrôle conjoint d’un groupe d’investisseurs et du groupe singapourien Wilmar.
C’est ce qui résulte de l’opération annoncée hier 22 janvier par la SNI, la holding de la famille royale du Maroc.

Jusque-là actionnaire de référence de Cosumar, désireuse de s’en séparer, la SNI avait déjà, en avril 2013 vendu à Wilmar 27,5% du capital de ce groupe.

Comme prévu alors, la SNI vient de compléter l’opération en vendant 24,5% supplémentaire à un groupe d’investisseurs marocains et étrangers (voir encadré) pour un total de 1,92 milliards de dirhams (171 millions d'euros).

La SNI détient encore 9,1 % du groupe sucrier. Mais elle a indiqué, dans un communiqué, son intention de s’en séparer sur le marché pour améliorer la liquidité du titre à la bourse de Casablanca, sans préciser de date. A Casablanca, la capitalisation de Cosumar s'élevait hier à 7,963 milliards de dirhams (710 millions d'euros).

Quant à son contrôle, « dans le sillage de l’opération, certains investisseurs institutionnels se sont alliés à Wilmar International pour former un bloc de contrôle de 54,0 % du capital et des droits de vote de la société. Ce bloc de contrôle sera régi par un pacte d’actionnaires qui aura pour objectif d’instaurer une gouvernance partagée entre Wilmar International et les investisseurs institutionnels marocains. Cette opération est intervenue après autorisation des autorités gouvernementales obtenue le 2 décembre 2013 », note la SNI dans son communiqué

Après Centrale Laitière (cédée à Danone), Bima (Kraft) ou Lesieur Cristal (Sofiproteol), la SNI se déleste avec cette opération de sa dernière filiale dans l'agroalimentaire. Longtemps critiqué pour son poids trop important dans les grands groupes privés du pays, la holding de la famille royale a cédé plusieurs participations clés pour se constituer peu à peu en société d’investissement. Elle conserve notamment des participations dans Attijariwafa, première banque du Maroc ou la société minière Managem.

un investissement de 500 millions d’euros

En parallèle, la SNI s’est lancée dans de nouveaux secteurs comme les télécoms (Inwi) ou l’énergie avec la société Nareva qui mène d’importants projets dans les énergies renouvelables ou le charbon. Celle-ci est notamment associée à Gdf Suez.

Les investisseurs reprenant les 24.5% cédés par la SNI sont  Axa Assurances, CNIA Saada, RMA Watanya, SCR, Wafa Assurances, MAMDA, MCMA, Caisse de dépôt et gestion, CMR, RCAR, Wafa Gestion, CFG à qui s'ajoute un gestionnaire de fonds sud-africain.

Pour sa part, Cosumar est l’opérateur sucrier unique au Maroc travaillant à partir de canne à sucre ou de betterave et le raffinage à partir de sucre brut importé. Sa principale raffinerie est située à Casablanca. Le groupe dispose d’une capacité de production et de raffinage de 1,6 million de tonnes, mais sa production réelle tourne autour de 400 000 euros. Le marché marocain est protégé des prix du marché mondial par un système de fixation administré des prix intérieurs et de subventions aux consommateurs ("compensation").

Cosumar dont le PDG est Mohammed Fikrat vient de mener un programme de mise à niveau de ses outils industriels via un investissement cumulé de 500 millions d’euros sur sept ans. Et a dans ses cartons des projets de développement en Afrique, notamment au Soudan.

Wilmar, groupe lié à la riche famille sino-malaisienne Kuok, est coté à Singapour. Outre sa présence en Asie, il se développe fortement en Afrique. Antérieurement à sa prise de participation, il avait déjà noué des relations commerciales avec Cosumar. C’est l’un des principaux traders mondiaux de sucre et d’huile de palme avec un chiffre d’affaires supérieur à 40 milliards de dollars.

Pierre-Olivier Rouaud

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte