Un front anti-Google s'empare des brevets Nortel

,

Publié le

Apple, EMC, Ericsson, Microsoft, RIM et Sony… Ils se sont mis à six pour emporter aux enchères les 6000 brevets télécoms du canadien Nortel au nez et à la barbe de Google. Pour un impressionnant montant total de 4,5 milliards de dollars.

Un front anti-Google s'empare des brevets Nortel © Danisaacs - Flickr - C.C.

Haro sur Google ! Voilà sans doute la seule motivation qui a poussé Apple et Microsoft dans les bras l'un de l'autre au sein d'un même consortium, qui réunit aussi EMC, Ericsson, RIM et Sony. Contre les 4,5 milliards de dollars, le petit groupe vient de s'offrir toute la propriété industrielle du canadien Nortel, en liquidation depuis 2009. Quelque 6000 brevets télécoms essentiels, vendus aux enchères lundi dernier, le 27 juin. Un bon moyen d'empêcher Google de mettre la main sur ce trésor.

En avril, le géant du Web avait gagné les faveurs de Nortel avec une alléchante proposition à 900 millions de dollars. Il comptait bien ainsi se protéger face aux attaques en justice contre ses développements, en particulier autour d'Android, son système d'exploitation mobile à succès. Raté. Ce sont des acteurs sur la place bien avant lui, qui vont se partager la manne et passer des accords de licences croisés pour utiliser les technologies déposées.

Android en ligne de mire

Et chacun, ils y ont mis le prix.  Le canadien RIM a ainsi annoncé avoir dépensé 770 millions de dollars et Ericsson 340 millions de dollars. On comprend pourquoi. Les brevets Nortel portent sur l'ensemble du panorama des technologies de réseau et télécoms utilisées aujourd'hui : réseaux de données, réseaux optiques, 4e génération mobile (LTE) –les actifs les plus chers du lot-, voix, internet, service, semi-conducteurs, moteur de recherche, réseau social, etc.

Pour être validée, la vente doit encore attendre le verdict des autorités canadiennes et américaines – Nortel détient 2600 brevets aux Etats-Unis - qui auditionneront les parties prenantes le 11 juillet prochain. Nortel espère ensuite concrétiser l'opération avec le consortium dès le troisième trimestre.

Puis, on peut imaginer que ce sera "feu à volonté" contre Google pour les six comparses. A l'automne, il pourrait bien pleuvoir des procès en propriété intellectuelle avec le système d'exploitation de Google,  Android, en ligne de mire.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte