Un fonds allemand présente une offre de reprise pour l'usine Tropicana de Hermes

[ACTUALISÉ] Touchée par la baisse des ventes de jus de fruits en emballage carton, la filiale de PepsiCo, Tropicana, doit se résoudre à vendre son unique usine française, basée à Hermes, dans l'Oise. Le fonds d'investissement allemand Navigator Capital a présenté une offre de reprise le lundi 10 septembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un fonds allemand présente une offre de reprise pour l'usine Tropicana de Hermes
La baisse des ventes de jus de fruits en emballage carton amène Tropicana à vendre son site de Hermes (Oise).

Actualisation du 11 septembre : Le lundi 10 septembre, le fonds d’investissement allemand Navigator Capital a présenté une offre de reprise sans licenciement de l’usine Tropicana de Hermes (Oise). Avec un portefeuille de cinq entreprises, Navigator Capital est spécialisé dans la reprise de PME industrielles européennes. Tropicana se montre favorable à l’offre, tout comme le secrétaire CFE-CGC du comité d’entreprise. L’offre du fonds allemand prévoit un possible développement vers de nouveaux marchés : eaux, jus concentré, pur jus, soupes... Navigator Capital devrait rencontrer le personnel du site début octobre, tandis que le comité d’entreprise doit se prononcer définitivement sur l’offre en novembre.

PepsiCo, propriétaire de la marque Tropicana, avait annoncé en mars la vente de l'usine spécialisée dans les jus de fruits et le gaspacho. La baisse des ventes de jus de fruits en emballage carton a amené Tropicana à vendre le site où travaillent 98 personnes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Contacté en mars, le groupe a confirmé cette information qu'il justifie par une baisse des ventes des jus de fruits en emballages carton, la spécialité exclusive de l'usine de Hermes. En cinq ans, sa production est d'ailleurs tombée de 80 millions de litres à 60 millions aujourd’hui. Autant dire que pour les salariés, la décision de vente n'avait rien d'une surprise. "Le groupe n'a pas investi dans une nouvelle technologie, nous en payons le prix", déplorait alors Olivier Jabouille, délégué CGT de l’usine.

De son côté, le groupe insistait sur le fait que tous les scenarios avaient été étudiés afin de sauver son unique usine française. En mars, la possibilité d'une fermeture de l'usine n'était pas écartée : "Cette hypothèse est malheureusement sur la table, mais nous n'en sommes pas là", confirmait un porte-parole du groupe. L'offre de Navigator Capital pourrait permettre d'éviter ce dénouement.

Guillaume Roussange

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS