Un expert de l'Onu soutient une enquête sur les exécutions de 1988 en Iran et sur le rôle de Raïsi

par Stephanie Nebehay

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un expert de l'Onu soutient une enquête sur les exécutions de 1988 en Iran et sur le rôle de Raïsi
Le rapporteur spécial de l'Onu sur la situation des droits de l'homme en Iran a demandé une enquête indépendante sur les allégations d'exécution de milliers de prisonniers politiques par l'Etat en 1988 et sur le rôle joué à l'époque par le président élu Ebrahim Raïsi en tant que procureur adjoint de Téhéran. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

GENÈVE (Reuters) - Le rapporteur spécial de l'Onu sur la situation des droits de l'homme en Iran a demandé une enquête indépendante sur les allégations d'exécution de milliers de prisonniers politiques par l'Etat en 1988 et sur le rôle joué à l'époque par le président élu Ebrahim Raïsi en tant que procureur adjoint de Téhéran.

Javaid Rehman, dans une interview accordée à Reuters lundi, a déclaré qu'au fil des ans, son bureau avait recueilli des témoignages et des preuves. Il est prêt à les partager si le Conseil des droits de l'homme des Nations unies ou un autre organe met en place une enquête impartiale.

Il s'est dit préoccupé par les informations selon lesquelles certaines "fosses communes" sont détruites dans le cadre d'une dissimulation continue.

"Je pense qu'il est temps et très important, maintenant que Ebrahim Raïsi est le président (élu), que nous commencions à enquêter sur ce qui s'est passé en 1988", a déclaré Javaid Rehman depuis Londres.

Une enquête est dans l'intérêt de l'Iran et pourrait permettre aux familles de tourner la page, a-t-il ajouté : "Sinon, nous aurons de très sérieuses préoccupations au sujet de ce président et du rôle, le rôle rapporté, qu'il a joué historiquement dans ces exécutions."

Le bureau d'Ebrahim Raïsi n'a pas pu être joint pour un commentaire. Le bureau du porte-parole du pouvoir judiciaire iranien n'était pas immédiatement disponible pour donner un commentaire. Les missions de l'Iran auprès des Nations unies à Genève et à New York n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Ebrahim Raïsi est sous le coup de sanctions américaines en raison de son passé, notamment de son implication parmi les quatre juges qui ont supervisé les exécutions de 1988, selon les Etats-Unis et des militants. Amnesty International a évalué le nombre d'exécutions cette année-là à quelque 5.000, affirmant dans un rapport de 2018 que "le nombre réel pourrait être plus élevé".

Interrogé sur les allégations selon lesquelles il aurait été impliqué dans ces exécutions, Ebrahim Raïsi a déclaré aux journalistes : "Si un juge, un procureur, a défendu la sécurité du peuple, il doit être félicité ... Je suis fier d'avoir défendu les droits de l'homme dans tous les postes que j'ai occupés jusqu'à présent."

Javaid Rehman a déclaré : "Nous avons communiqué à la République islamique d'Iran nos préoccupation, notamment concernant une politique visant à détruire les tombes ou certains actes pouvant mener à la destruction des preuves des fosses communes."

"Je ferai campagne pour que justice soit faite", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration, l'organisation Justice for Victims of the 1988 Massacre in Iran a salué l'appel de Javaid Rehman, affirmant qu'une enquête de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires était "attendue depuis longtemps".

(version française Camille Raynaud)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS