L'Usine Santé

Un CSIS de réconciliation, sans grande innovation pour la santé

Gaëlle Fleitour ,

Publié le

Placé sous le signe de l’apaisement entre Etat et industrie de santé après l'affaire du Mediator, le Conseil Stratégique des Industries de Santé s'est concentré sur plusieurs problématiques lourdes du secteur. Production, contrefaçon, valorisation... Mais sans engagement aussi spectaculaire que son précédent opus, en 2009.

Un CSIS de réconciliation, sans grande innovation pour la santé © DR

Un CSIS marqué par "l'esprit de dialogue, la qualité de relations entre industriels et pouvoirs publics". Oubliées les défiances ! Le ministre de l'Economie, François Baroin, et les industriels de la santé ont tenu à afficher leur réconciliation hier soir, mercredi 25 janvier, à Paris. Avant d'annoncer 13 priorités.

Conséquence de l'affaire Mediator : la nécessité d'engager une réflexion sur la valorisation des médicaments et de l'innovation. Avec cet objectif : mieux identifier les produits méritant d'être remboursés, en prenant en compte une dimension médico-économique... Mais aussi celui de pouvoir amplifier les partenariats public-privé de recherche en simplifiant le processus d'engagement avec un contrat cadre.

Ainsi, les industriels ont obtenu le renforcement de "l'excellence" en pharmaco-épidémiologie (l'accès aux données sur le médicament dans la vie réelle), en enrichissant un portail existant nommé Epidemiologie France.

Jugeant trop nombreuses les taxes qui pèsent sur elle, l'industrie a aussi convaincu que l'inspection générale des finances et l'IGAS mènent un audit de l'environnement fiscal de ses entreprises, en France et par comparaison avec l’Europe. Quitte à entraîner des changements de réglementation en ... 2013.

Bien sur, développer la production "Made in France" reste une priorité. "Toutes les entreprises qui voudront produire en France seront les bienvenues, car leurs intérêts rejoignent ceux des pouvoirs publics", précise François Baroin. Un label sur le lieu de fabrication pourra être mis en place, mais sur la base du volontariat... 

Parmi les promesses à retenir également, il y a la lutte contre la contrefaçon et la falsification des produits. Une mesure déjà abordée en fait lors du précédent CSIS en 2009.

Création de nouveaux organes

Ça avait été annoncée en fin d'année dernière à Polepharma : le CSIS entérine la création d'un "observatoire de la filière française des industries de santé". Cet observatoire regroupera les spécialistes du médicament, du dispositif médical et du diagnostic in vitro. Il sera question ici de pouvoir partager des données et indicateurs, pour mieux suivre l'impact des stratégies industrielles et politiques publiques.

Également annoncé fin 2011, le fonds consacré aux dispositifs médicaux, InnoMedTech, devient désormais une réalité. Au montant encore inconnu... Destiné au développement de jeunes entreprises innovantes dans ce secteur, il sera abondé à plus d'un tiers par l'Etat. Car dans ce secteur, "notre balance commerciale est deficitaire de dix milliards d'euros, c'est l'illustration d'une faiblesse du tissu industriel français", estime Francois Baroin.

Enfin, autre nouveau né, un Institut virtuel des métiers des industries de santé. Sous la tutelle de l'ONISEP, il a vocation lui à recenser 2300 formations à destination des étudiants qui bénéficieront aussi du doublement en cinq ans des contrats en alternanc

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte